19 ans après sa mort, Black So Man toujours immortel

 

16 mars 2002 – 16 mars 2021, 19 ans jour pour jour que l’artiste Black So Man de son vrai nom Bintogoma Traoré a tiré sa révérence. Après un grave accident survenu au Burkina Faso en décembre 1997, l’artiste sera paralysé et est décédé à Abidjan en Côte d’Ivoire le 16 mars 2002. Black So Man fut un artiste engagé dont les textes de chanson font toujours l’actualité. En effet, en 2018 un groupe d’artistes dont le rappeur Smokey, le célèbre rappeur français Youssoupha et Claudy Siar, le célèbre animateur de “Couleur tropicale“ sur Rfi ont rendu hommage à l’illustre artiste, en reprenant son titre “j’étais au procès“.

 Libertés confisquées“, “Tout le monde et personne“, sont les deux albums de l’artiste. Il a chanté pour les Étalons à l’occasion de la Coupe d’Afrique des Nations de 1998 organisée par le Burkina Faso. Une chanson chantée pour l’équipe nationale jusqu’à ce jour qui, si l’on pourrait le dire, est jamais égalée tout en battant toujours les cœurs des fans du football. Un match des étalons du Burkina ne peut se jouer sans que la chanson ne soit jouée dans les discothèques et dans des endroits publics. Il s’agit notamment de la chanson “soutien aux Étalons“. C’est le premier artiste burkinabè à remplir la maison du peuple, le 28 décembre 1997. Et juste deux jours plus tard, est survenu cet accident à polémique qui lui a coûté la vie.

L’artiste a chanté “Où es tu maman ?“ mais aujourd’hui, les mélomanes se demandent “Où es tu Black So Man ? “ ; “J’étais au procès“, l’un de ses titres phares où il dénonce la mal gouvernance ; “Le système vampire“ pour dénoncer l’accumulation illicite de richesse par des hommes ; “L’Afrique fait pleurer ses enfants” où il raconte l’exploitation de l’Homme Noir par l’Homme Noir ; “On s’en fout“, c’est le titre qui incite les jeunes au travail car il n’y a pas de sots métiers ;Patoin gnim Bagniri“, qui signifie en langue Mooré “je ne peux pas oublier ma patrie” ; “Tu peux encore revenir“ ; “Adji“ chanté pour sa dulcinée. Sa maitrise de la langue de Molière et son côté dénonciateur ont amené les jeunes à l’aimer, même ceux qui ne l’ont pas connu.

Black So Man, c’est aussi ce brillant élève qui a décroché le Certificat d’étude primaire (CEP) en classe de CE2 avant d’arrêter les bancs en classe de 4ème. Il  fait partie des artistes les plus célèbres non seulement du Burkina Faso mais aussi de la sous-région. Les rumeurs racontées sur la mort de l’artiste, expliquent qu’il a été tué pour sa critique du système de gouvernance à l’époque. Il est né le 11 mais 1966 à Koudougou et est mort le 16 mars 2002 à Abidjan.

Black So Man n’est pas mort. Il est immortel et se repose au cimetière de Gounghin.

Soyez le premier à commenter sur "19 ans après sa mort, Black So Man toujours immortel"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

1 × trois =