3e Rapport périodique quadriennal (RPQ) relatif à la convention 2005 de l’UNESCO : le Burkina Faso est à jour

 

L’atelier de restitution du 3e Rapport périodique quadriennal (RPQ) du Burkina Faso relatif à la mise en œuvre de la Convention 2005 de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, s’est tenu ce vendredi 18 septembre 2020 à Ouagadougou. A cette occasion, ledit document est soumis à la validation des participants.

Le 3e rapport périodique quadriennal qui comporte une trentaines de mesures et politiques publiques, et une quinzaine d’initiatives de la société civile, a été réalisé conformément à l’accord conclu entre le Gouvernement du Burkina Faso et l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), sous l’assurance du Centre de catégorie 2 de l’Unesco, CERAV/Afrique, basé à Bobo-Dioulasso.

Selon Michel SABA, délégué général du Centre régional pour les arts vivants en Afrique (CERAV/Afrique), cette structure a pour mission d’assurer la mise en œuvre de la Convention 2005 de l’Unesco au niveau de la région Afrique. « Nous avons collaboré avec l’équipe national du Burkina Faso pour l’élaboration de ce 3è Rapport quadriennal sur la mise en œuvre de la convention 2005, et aujourd’hui nous sommes heureux de participer à l’atelier de restitution des travaux de l’équipe nationale composée d’une trentaine d’experts qui sont issus de différentes structures ministérielles, d’autres institutions publiques mais également de structures de la société civile culturelle » , a-t-il déclaré et d’ajouter : « C’est l’effort pendant six (06) mois avec les difficultés que nous avons connues comme la pandémie de Covid19, que l’équipe nationale a travaillé brillamment à ce que le Burkina Faso dispose d’un rapport, 3e du genre, qui a été rendu à l’Unesco » .

En effet, cette rencontre permettra de « porter à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale, le résultat de ce travail sur quatre (04) années de mise en œuvre de la convention » . A entendre monsieur SABA, ce rapport a permis au Burkina Faso de respecter un engagement international vis-à-vis de l’Unesco, parce que tous les Etats qui ratifient cette convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, doivent tous les quatre ans, rendre compte des mesures politiques qui ont été prises au niveau des voies publiques, mais aussi des efforts qui ont été faits par les acteurs de la société civile et les acteurs culturels dans tout ce qui témoigne de la vitalité culturelle de ce pays, pour rendre compte de la mise en œuvre de cette convention. « Et c’est bien de le dire, ce rapport a déjà été rendu à l’Unesco et permettra à notre pays de partager ses expériences sur les mesures politiques et les initiatives qui ont été prises au cours des quatre dernières années » , a-t-il précisé.

Quant à SIMPORE Lassina, secrétaire général du ministère de la culture, des arts et du tourisme, ce rapport comprend d’une manière générale, deux parties. « De janvier à juillet, nous avons procédé aux différentes collectes d’informations et cela nous a permis donc de rédiger un rapport qui comprend en grosso modo deux parties. Il y a une partie rédigée par les membres de l’administration et une partie rédigée par les OSC » , a-t-il indiqué. Des deux parties, poursuit-il, il s’agit de partager l’expérience du Burkina Faso en « matière de gestion de la chose culturelle » .

Avant de déclarer ouvert l’atelier de restitution des résultats du 3e Rapport périodique quadriennal du Burkina Faso sur la Convention 2005 de l’UNESCO, Lassina SIMPORE a souhaité plein succès aux travaux.

Soyez le premier à commenter sur "3e Rapport périodique quadriennal (RPQ) relatif à la convention 2005 de l’UNESCO : le Burkina Faso est à jour"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

deux × deux =