6ème congrès ordinaire du CNJ: La jeunesse entend s’unir pour la sécurité au Burkina Faso

 

Le Conseil national de la jeunesse du Burkina Faso (CNJ-BF) a tenu, les vendredi 16 et samedi 17 juillet 2021 à Kaya dans le Sanmatenga, son sixième congrès ordinaire. Cette rencontre a permis aux congressistes de relire les textes statutaires de la structure et de renouveler ses instances dirigeantes. C’est Moumouni Dialla, précédemment candidat à sa propre succession, qui a été réélu à la tête du conseil dont le bureau national exécutif est composé de 25 membres.

La question du renouvèlement des organes dirigeants du conseil était annoncée depuis début mai 2021. Ils étaient deux candidats dans la course pour la présidence du Conseil national de la jeunesse. Il s’agit notamment de Moumouni Dialla, candidat à sa propre succession et Aziz Sanogo, son unique challenger. La jeunesse a préféré renouveler sa confiance au président sortant. A cet effet, Moumouni Dialla voit son mandat de trois ans, renouvelé.

Le ministère de la jeunesse a suivi le processus électoral qui a consisté à la réalisation de plusieurs ateliers et de forums. Pour le Directeur général de la jeunesse, Larba Pilga qui a marqué sa présence à ce congrès, le ministère est satisfait du processus. Il a félicité le conseil car, « pour une des rares fois, le processus a été engagé par le CNJ lui-même accompagné par le ministère de tutelle qui a donné des conseils avisés. Mais, C’est le CNJ qui a mis en place sa commission nationale d’organisation des élections avec des commissions aux niveau des régions… Nous ne pouvons que saluer la maturité qui a prévalu au sein de l’équipe, qui a permis d’aboutir aux élections d’aujourd’hui à Kaya. » Le CNJ est le bureau qui représente l’ensemble des organisations des jeunes du Burkina Faso. Larba Pilga a souhaité que le présent bureau puisse porter haut le flambeau de la jeunesse, représenter la jeunesse au Burkina et ailleurs. « Quand le CNJ arrive à se renouveler ainsi sans beaucoup de difficultés, nous en tant que ministère de tutelle, nous sommes très heureux. Nous attendons qu’on puisse nous contacter pour nous notifier la mise en place du bureau de façon officielle pour que nous puissions prendre acte et continuer le travail avec le bureau. », a soutenu le DG de la jeunesse.

C’est un bilan de deux ans en trois ans de mandat, qui a été dressé. Élu en 2018, Moumouni Dialla n’a pu commencer les travaux qu’en 2019 pour des “problèmes“ qu’il va rencontrer avec le ministère de la jeunesse. Ce bilan de deux ans est néanmoins satisfaisant. La preuve est que monsieur Dialla est reconduit à la tête du conseil pour les trois années à venir. « C’est une lourde responsabilité qui vient de m’être confiée à nouveau », a lancé le président et d’ajouter : « c’est le mandat de la complicité entre les jeunes, et de l’accélération sur les questions d’emploi des jeunes. Nous allons travailler avec les jeunes de tout bord pour qu’ensemble, on puisse enclencher la dynamique générationnelle (…) Nous allons nous mettre ensemble pour faire face à nos défis du moment, à nos difficultés, à nos problèmes. Et également s’unir pour la sécurité au Burkina Faso. » Concernant le bilan de Moumouni Dialla à la tête du conseil, c’est plus de 13 000 emplois directs qui ont été créés à partir des projets et également plus de 20 000 sensibilisations sur les préoccupations des jeunesses et des communautés. « Aujourd’hui, nous sommes à une mobilisation de plus de 4 milliards FCFA avec les partenaires pour investir dans le domaine de la jeunesse. Et je pense que c’est une première fois au niveau du CNJ. », s’est réjoui le président du CNJ. Il faut le souligner, le travail a été fait dans un climat apaisé et a abouti à des résultats acceptés de tous.

 

Abdoul Latif

Envoyé spécial

Soyez le premier à commenter sur "6ème congrès ordinaire du CNJ: La jeunesse entend s’unir pour la sécurité au Burkina Faso"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

un × 1 =