Alimentation : Le Burkina Faso invité au sommet mondial des systèmes alimentaires

 

Ce jeudi 10 juin 2021, le ministre en charge de l’Agriculture, des aménagements hydro-agricoles et de la mécanisation a animé une conférence de presse dans la salle de conférence du Service d’information du gouvernement (SIG). L’objectif de cette rencontre a consisté à informer l’opinion publique de la tenue du premier sommet mondial sur les systèmes alimentaires.  

En septembre 2021, se tiendra le premier sommet mondial sur les systèmes alimentaires à New-York. Avant ce sommet, un pré-sommet se tiendra à Rome, en Italie du 26 au 28 juillet 2021 qui permettra aux participants d’avoir une feuille de route. À l’instar des autres pays d’Afrique, le Burkina Faso prendra part à cette rencontre. Cette rencontre s’inscrit dans la 76e  Assemblée Générale des Nations Unies. L’alimentation des peuples est une préoccupation pour les Nations Unies. C’est pourquoi, « le secrétaire général des Nations Unies a lancé un appel en vue de la convocation d’un Sommet sur les Systèmes Alimentaires et de l’ouverture d’un processus d’engagements, afin de libérer le pouvoir des aliments et progresser vers la réalisation des 17 Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies », a expliqué le ministre Salifou Ouédraogo. Cette rencontre va permettre « de se concentrer sur la façon dont chaque être humain doit pouvoir manger des aliments nutritifs et sains », a-t-il ajouté.

Au Burkina Faso, des progrès importants sont faits en matière d’alimentation notamment dans l’organisation et la professionnalisation des acteurs de la chaine. Mais d’énormes défis restent encore à relever. L’ambition du Burkina Faso est de développer les principaux leviers des systèmes alimentaires dans les secteurs primaires et tertiaires. Pour bien réussir ce sommet, le Burkina Faso tiendra une série de concertations nationales avec la participation des parties prenantes des systèmes alimentaires. Ces cadres de concertation se tiendront dans les prochains jours et réuniront tous les acteurs afin de prendre leur avis sur les systèmes alimentaires. Trois thèmes seront développés au cours de la concertation. Le premier thème concerne la participation des politiques nationales à la production durable et à la consommation d’aliments diversifiés, sains et nutritifs. Le deuxième thème consiste à voir les dynamiques de production, de transformation, de fortification, de conservation/stockage et de commercialisation afin de garantir une qualité nutritionnelle et sanitaire. Le troisième thème s’agit de dégager les engagements de toutes les parties prenantes, qui doivent favoriser de nouvelles actions et organisations de systèmes alimentaires résilients et durables.

Ces échanges vont regrouper les membres du gouvernement, les députés, les élus locaux, les jeunes, les femmes, la société civile, les scientifiques, les religieux, les producteurs, les partenaires techniques au développement, les ONG et toutes les différentes couches socio-professionnelles. Selon monsieur Ouédraogo, « l’ensemble de ces concertations avec les parties prenantes permettra de faire un diagnostic approfondi de nos systèmes alimentaires actuels, en relevant ses forces et ses faiblesses ». Le ministre n’a pas manqué d’inviter les parties à une participation massive et active « sans complaisance, aux séries de consultations nationales ». « Ces différentes concertations dégageront assurément des repères pour affronter les défis nouveaux et émergents qui entravent le développement durable de nos systèmes alimentaires à différentes échelles », a-t-il assuré.

Soyez le premier à commenter sur "Alimentation : Le Burkina Faso invité au sommet mondial des systèmes alimentaires"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

huit − sept =