Association Racine : Les chefs coutumiers appelés à se démarquer de la politique

 

Le samedi 17 juillet 2021, l’association Racine a tenu une Assemblée générale ordinaire et extraordinaire à Ouagadougou. Au cours de cette rencontre d’échanges avec les différents membres, il s’est agi de relire les textes de l’association pour les conformer à l’évolution de la société mais aussi de procéder à un renouvellement du bureau.

L’association Racine est une association qui regroupe les chefs coutumiers et traditionnels des différentes contrées du Burkina, des enseignants de l’université et des chercheurs du CNRST qui se préoccupent de la question des traditions orales et de la promotion des valeurs culturelles. Pour le président de l’association, Naaba Baogho de Gourcy, ce regroupement des hommes de culture et des chefs coutumiers, vise à « promouvoir nos valeurs culturelles, traditionnelles, orales, ce qu’elles ont de positif et ce qu’elles peuvent apporter au développement économique et social de notre pays », a-t-il expliqué et d’ajouter : « Un de nos grands problèmes, c’est notre déperdition culturelle et nous sommes en quête de cette identité culturelle pour nous, pour nos enfants et pour nos petits-enfants ».

L’objectif principal de l’association est la revalorisation des éléments positifs du patrimoine culturel. « Nous ne disons pas que tout est positif dans les traditions. À un moment où on parle d’endogénéité, il faut que nous revenons rechercher dans nos ressorts culturels, dans notre patrimoine culturel, qu’est ce qui peut nous permettre de nous enraciner dans ce patrimoine culturel pour avancer dans le monde et apporter quelque chose en partage. La culture chez certains peuples peut apporter en partage aux autres peuples. C’est ce qu’il y a de spécifique aux autres peuples », a indiqué le chef de Gourcy. « Si nous ne recherchons pas nos racines, nous ne serons jamais nous-mêmes et notre apport sera sans substance. Vous ne pouvez pas apporter quelque chose de nouveau dans le domaine économique, idéologique. Ce que nous avons de spécifique, c’est notre culture, ce que nos ancêtres nous ont laissé et c’est cette quête, cet inventaire de ce patrimoine culturel que Racine s’assigne comme objectif », a-t-il renchéri.

L’association a connu plusieurs innovations lors de cette assemblée générale. « Nous avons dû relire nos textes pour les conformer à l’évolution de la société et nous avons aussi créé des nouveaux postes pour prendre en compte ce qui se passe », a déclaré le secrétaire général de l’association, Professeur Albert Ouédraogo. Au cours de la rencontre, un renouvellement du bureau a été fait avec la création de nouveaux postes comme les postes de secrétaires adjoints, les postes de cinq vice-présidents avec à leur tête des chefs coutumiers, le poste de secrétaire chargé des institutions et le poste de secrétaire chargé des relations avec les partis politiques. « C’est une grande innovation dans la vie associative parce que nous-nous sommes rendus compte que de plus en plus, les partis politiques ont créé des secrétariats chargés des organisations de la société civile. À un moment donné, nous-nous sommes émus et nous-nous sommes rendus compte qu’il fallait, à notre tour, crée un secrétariat chargé des partis politiques pour qu’ensemble, nous puissions entrer en dialogue et pour que cesse enfin cette guéguerre qui consiste à diaboliser les partis politiques de la part des OSC, et que les partis politiques ont tendance à diaboliser les OSC », a laissé entendre le professeur Ouédraogo

Actualité nationale

Concernant l’actualité nationale sur la situation qui prévaut à la CENI, « l’association racine souhaiterait que la chefferie coutumière et traditionnelle, pour mieux apporter sa contribution à une cohésion sociale, à un mieux vivre ensemble, soit doter d’un statut qui la sorte du champ de la politique partisane et politicienne. C’est un objectif qui est apprécié par l’association Racine. De sorte que ces genres d’évènements ne puissent pas se produire à l’avenir », a confié le président de l’association.

Quant au secrétaire général, il a invité les participants à travailler pour un Burkina apaisé. Pour lui, « il est bon que les lignes directives soient très claires. Il est bon que nous œuvrons à ce que la chefferie traditionnelle et coutumière ne soit plus un enjeu de la politique partisane. Nous voulons que les chefs fassent de la politique mais de la politique citoyenne. De ce point de vue, il ne sera pas surprenant de voir un chef conseiller municipal ou bien député mais pas en tant que député ou conseiller municipal d’un parti politique, mais qu’on crée par exemple des quotas permettant à une chefferie, permettant à une royauté d’avoir une représentation au parlement ou à la municipalité que pour autant l’individu soit obligé de courir derrière la bannière d’un parti politique ».

Il faut noter que le président a été reconduit pour un deuxième mandat de cinq ans. Les membres du nouveau bureau sont au nombre de 25. L’association a par ailleurs accueilli une vingtaine de nouvelles personnes en son sein.

 

Soyez le premier à commenter sur "Association Racine : Les chefs coutumiers appelés à se démarquer de la politique"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

13 + un =