Burkina : 107 promus du CAMES prêts à servir l’Enseignement supérieur

 

La cérémonie de port de toges des promus du CAMES s’est tenue dans l’après-midi du jeudi 15 octobre 2020 au sein de l’Université Thomas SANKARA (UTS), dans la commune de Saaba. Cette cérémonie s’est déroulée juste après celle officielle d’inauguration et de baptême de ladite université.

Au total, 107 promus du Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (CAMES) ont porté leurs toges, ce jeudi soir à l’UTS. Il s’agit notamment de Maîtres assistants et chargés de recherche, de Maîtres de conférence, de Maîtres de recherche et de professeurs titulaires venus des différentes universités publiques et du Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CNRST), qui se disent prêts à servir l’Enseignement supérieur au Burkina Faso.

Dès le début de la cérémonie, cinq (05) meilleurs agents de l’UTS ont été récompensés pour leur ponctualité et assiduité, engagement et sacrifice, esprit d’initiative et moralité. Il s’agit de Yerbanga Jean Marc, agent de liaison ; Zongo Ablassé, chef de scolarité à l’Institut universitaire de formations initiale et continue (IUFIC) ; Ouédraogo Eric du Secrétariat général de l’UTS ; Sanogo Idrissa de l’agence comptable et enfin Ouédraogo Alima du cabinet. Chacun a reçu une attestation, un ordinateur portable et bénéficié d’une formation. Il faut noter que les anciens présidents de l’Université ont aussi reçu des présents.

Pour le président de l’Université Joseph Ki-Zerbo, Pr Rabiou Cissé, « la présente cérémonie constitue un important évènement en ce sens que pour la première fois, elle rassemble toutes les universités publiques et le Cnrst » . C’est donc un honneur et une fierté pour lui de s’exprimer au nom des premiers responsables de ces institutions. En effet, l’Université Thomas Sankara, l’Université Joseph Ki-ZERBO, l’Université de Dédougou, l’Université Norbert Zongo de Koudougou, l’Université Nazi Boni de Bobo-Dioulasso, l’Université de Ouahigouya, l’Université de Fada, l’Université virtuelle du Burkina et le CNRST célèbrent, ce jour, de façon solennelle « leurs lauréates et lauréats issus de la 41e session des comités consultatifs inter-africains et du 19e concours d’agrégation en science juridique, politique, économique et de gestion du CAMES » .

« Pour la 41e session des comités consultatifs inter-africains, les universités publiques et le CNRST ont enregistré 118 inscrits sur les différentes listes d’aptitude sur 140 candidats, soit un taux global de succès de 84,29%. La répartition par grade est de 73 maîtres assistants et chargés de recherche, 29 maîtres de conférences et maîtres de recherche, 16 professeurs titulaires et directeurs de recherche » , a-t-il fait savoir.

Selon Pr Albert Ouédraogo, ancien vice-président de l’Université Joseph Ki-Zerbo, les universités du Burkina souffrent des mêmes maux dont souffre le reste du pays. « Elles ne sauraient être des enclaves de paix et de sérénité, lorsque le reste du pays est en ébullition » , a-t-il soutenu et d’ajouter : « les acteurs des universités que sont les enseignants, le personnel administratif et technique, les étudiants, sont issus de la société burkinabè et portent avec eux, les mêmes frustrations et les mêmes espoirs que le peuple dans son ensemble » . Il a précisé que si les universités sont en en crise, c’est que les pays qui les abritent le sont également.

Le représentant des promus, Youmali Théodore Woba au nom des promus, a dit merci à tous ceux qui ont œuvrer pour la réussite de cette cérémonie. « Cet acte magnifie le métier d’enseignant, la recherche et tout simplement la quête du savoir » , a-t-il laissé entendre. Tout en sachant que ces nouvelles toges les engagent davantage et encore plus en les portant dans cette université, monsieur Woba a salué les étudiants car c’est grâce à eux et pour eux que les promus portent aujourd’hui ces toges. Pour lui, c’est une chance mais aussi une grande responsabilité.

Quant au ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, Pr Alkassoum Maïga, cette université doit être le phare de toutes les autres universités du Burkina Faso. C’est pourquoi il en a appelé à un comportement citoyen. « Je vous appelle à faire en sorte que la paix règne sur ce campus » , s’est-il adressé aux étudiants. Pour lui, les promus ont mérité ces toges parce qu’ils ont travaillé dur pour avoir les grades. « Mais vous devez travailler dur pour toujours continuer à avoir le respect des maîtres qui vous ont permis d’être là où vous êtes, et avoir aussi le respect des étudiants » , s’est-il adressé aux promus.

 

Soyez le premier à commenter sur "Burkina : 107 promus du CAMES prêts à servir l’Enseignement supérieur"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

dix-sept + 15 =