Burkina : des entreprises récompensées pour leur meilleur service de santé au travail

 

A l’instar d’autres pays du monde, le Burkina Faso célèbre la Journée mondiale de la sécurité et santé au travail (JMSST) et la Journée africaine de la prévention des risques professionnels (JAPRP). Cette année 2021 marque la 18éme JMSST célébrée sous le thème : “anticiper, se préparer à la crise – investir maintenant dans des systèmes de sécurité et santé au travail résilients” et la 25ème JAPRP qui se tient sous le thème : “Impact de la crise de la covid-19 sur les activités de prévention des risques professionnels des organismes nationaux de santé et sécurité au travail dans l’espace IAPRP“. Organisée par l’inspection médicale du travail, la cérémonie commémorative de ces journées s’est tenue ce vendredi 30 avril 2021 à la direction de la prévention, de l’action sociale et sanitaire de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) de Ouagadougou.

Les 28 et 30 avril marquent respectivement la JMSST et la JAPRP. L’inspection médicale du travail a ainsi tenu une cérémonie commémorative à cette occasion. En 2019, 1700 cas d’accident de travail ont été recensés au Burkina Faso. Un chiffre sans doute en deçà de la réalité. L’objectif de cette cérémonie est de se rappeler de la prise en charge de ces cas d’accident de travail car nul n’est épargné par ce phénomène. Cette cérémonie devrait être présidée par le ministre en charge de la fonction publique qui, pour agenda chargé, s’est fait représenter par Souleymane LENGANE, son Secrétaire général (SG).

Selon le SG, le défi de l’administration est de faire des lieux de travail, un lieu sûr et sécurisé, car dit-il, “l’homme est sensé gagner sa vie dans le travail et non la perdre. Pour lui, “l’enjeu cette année, c’est essentiellement la pandémie de la covid-19. L’avènement de cette pandémie a eu des répercutions sur la vie des travailleurs, etc. Le risque d’être contaminé par la Covid-19 est un risque qui n’existait pas avant. Il faut donc faire en sorte de contenir cette pandémie et sa transmission sur les lieux de travail.” A l’en croire, le ministère de la fonction publique, à travers l’inspection médicale de travail, a multiplié les missions de contrôle des entreprises en vue de s’assurer que les services de santé au travail sont mis en place et bien fonctionnels. L’inspection médical du travail a profité récompenser les trois meilleurs services de santé au travail. A cet effet, c’est la CARFO qui occupe la première place en matière de service de santé au travail. Elle est suivie par l’entreprise minière Nantou mining et enfin la SC CITEC de Bobo-Dioulasso prend le 3ème prix. Selon le jury, sur 100 services contrôlés de 2018 à 2020, seulement 20 étaient éligibles. Et les trois lauréats sont de ces 20 services qui répondaient aux normes.

Zanma Nôoma Kaboré est victime d’accident de travail depuis 1989. Aujourd’hui, il est le président de l’association des victimes d’accident de travail au Burkina Faso. Il vit depuis son accident sans ses doigts qu’il a perdus dans l’exercice de ses fonctions. Leur rôle aujourd’hui, c’est de sensibiliser les travailleurs ou en cas d’accident, qu’un meilleur traitement leur soit accordé.

Soyez le premier à commenter sur "Burkina : des entreprises récompensées pour leur meilleur service de santé au travail"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

3 × 2 =