Burkina : La poésie au cœur des échanges d’une conférence publique

 

Une conférence publique s’est tenue à Ouagadougou ce mardi 11 mai 2021 dans la salle de conférence du ministère des affaires étrangères. Organisée par le Centre international de recherches et de création artistiques (CIRC’ART) qui est le comité d’organisation du prix Jacques Prosper Bazié, cette conférence a pour thème : “le poète dans la société : regards croisés” et a connu la participation des hommes de médias et d’un public particulièrement jeune. 

Dans le cadre de l’organisation du prix international de poésie “Jacques Prosper Bazié” , les initiateurs tiennent une communication afin d’amener le public à comprendre l’essence de la poésie, donc l’importance de l’organisation de ce prix international. Yves Dakyo de l’Université Norbert Zongo est le modérateur du jour. Avant d’annoncer le conférencier, il a d’abord indiqué la “plus value” de la rencontre publique. Pour lui, la littérature doit exister hors des livres, des librairies et aller à la rencontre des populations.

L’objectif de l’organisation de cette activité est d’amener le public à appréhender ce genre littéraire à travers la présentation d’un spécialiste du domaine en la personne de Landry Yaméogo, maître de conférence en sciences du langage à l’université Norbert Zongo de Koudougou. Ce dernier a axé son exposé sur la poésie, l’utilité du poète dans la société. Selon lui, la première fonction de la poésie est sa fonction esthétique. “Toute poésie doit être hermétique. Elle est l’art du langage. Il faut du mérite pour pouvoir la comprendre. Il faut également avoir une sensibilité poétique (…) Elle est présente dans le chant, l’épopée, le mythe…” , a expliqué Landry Yaméogo. Il a fait savoir que le poète, l’artiste qui a composé la poésie, joue un rôle essentiel dans la société que nous vivons. En effet, le poète est un savant, un éclaireur et un guide. Ainsi, il éclaire et guide ses lecteurs. Le conférencier n’a pas manqué de définir la poésie selon Jacques Prosper Bazié. Pour le poète burkinabè, la poésie est une création, la chose la mieux partagée, tout ce qui va avec la sensibilité et permet de bâtir le monde. Toujours selon lui, le poète est l’artisan du vers, artiste inspiré par les dieux.

Après cette conférence publique à Ouagadougou, rendez vous est pris à Bobo-Dioulasso pour d’autres activités. Il s’agit d’une autre conférence à l’Institut français de Bobo pour connaître le rôle de l’écrivain dans la société ; d’un atelier d’écriture pour les auteurs présélectionnés pour le concours ; d’une soirée de restitution de mise en espace de texte poétique les 14 et 15 mai 2021. A en croire l’écrivain et administrateur du CIRC’ART, la poésie a un bel avenir au Burkina surtout avec l’avènement de certains styles musicaux comme le slam et d’autres formes d’expression poétique. “Au Burkina, les jeunes sont beaucoup intéressés à travers les festivals de genre où il y a de gros engouement. Après la 1ère édition, nous avons constaté beaucoup de réclamation, d’envie de participation.“, a laissé entendre Stanislas Justin Drabo, pour la tenue de cette deuxième édition.

Soyez le premier à commenter sur "Burkina : La poésie au cœur des échanges d’une conférence publique"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

2 × 1 =