Burkina : Une association des délégués pour une année scolaire apaisée

 

Dans l’après-midi de ce jeudi 19 novembre 2020, l’Association nationale des délégués scolaires (ANDS) a tenu une conférence de presse au sein du Lycée Technique Amilcar Cabral (LTAC) à Ouagadougou. Cette rencontre avait pour thème : « Le rapport sur le constat de la reprise des cours et les perspectives d’actions pour une bonne année scolaire apaisée ». L’ANDS a pour rôle principal d’engager les délégués des bureaux d’élèves à l’épanouissement de la jeunesse à l’école et dans son milieu social.

L’association « ANDS » s’est exprimée jeudi contre les manifestations « sans raisons valables » dans les établissements. En effet, d’après le propos de son porte-parole, plus de 75% des meneurs de mouvement de grèves ne sont pas des élèves. Il a estimé également qu’à une période donnée, « des jeunes dans les ghettos, se sont laissés instrumentaliser » en ce qui concerne la perturbation des cours.

« Du 1er au 18 novembre 2020, l’équipe du bureau exécutif national de l’association, a effectué des sorties sur terrain pour s’imprégner du climat dans lequel les cours  ont repris.», a laissé entendre le porte-parole de l’ANDS, Richard Bado. Il a ajouté que la plupart des événements se déroulent dans la ville de Ouagadougou. Au cours de leurs investigations, de nombreuses difficultés ont été notées, concernant chaque établissement. Il s’agit de part et d’autre « d’un retard pour les réinscriptions dans certains établissements, le retard d’une semaine accusé suite à la composition des différents concours de la fonction publique et aussi le problème d’effectif dû à la forte demande de place dans certains établissements publics ». Richard Bado a expliqué qu’ils ont pu voir le spectre des mouvements de décembre qui sèment une inquiétude chez de nombreux chefs d’établissement. « L’ANDS doit essayer d’amener les différents délégués, à prendre conscience que ces grèves en milieu scolaire doivent prendre fin pour la réussite de l’année scolaire. »

Les conférenciers du jour ont tenu à s’incliner devant la mémoire des victimes tombées sous le fléau du terrorisme. Par ailleurs, l’ANDS et ses membres invitent les autorités, les ONG, les OSC et toutes les personnes physiques, morales ou de bonnes volontés à réitérer davantage leur engagement à soutenir les familles de ces victimes. C’est-à-dire prendre des mesures concernant la scolarisation de leurs enfants ou des élèves dont la scolarité a été perturbée.

 

Sensibilisation

Message du CSC : Évitez des propos diffamants, injurieux, haineux ou violents
Au Burkina Faso, la loi interdit formellement les propos injurieux, diffamants, haineux et violents sur les médias. Il faut savoir que les émissions d’expressions directes ne sont pas des espaces de non droit où tout est permis. Alors le Conseil Supérieur de la Communication (CSC) invite les citoyens burkinabè à exprimer leurs opinions de façon courtoise, citoyenne et responsable.
« Pensons toujours à la préservation de la paix et de la cohésion sociale, lorsque nous intervenons dans ces émissions », souligne le CSC.
Suivez plutôt la vidéo ! https://fb.watch/1TCIea1UFp/

 

Soyez le premier à commenter sur "Burkina : Une association des délégués pour une année scolaire apaisée"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

16 − un =