Culture : Birigui Julien Ouédraogo rendu immortel

 

Le Centre National d’artisanat d’art (CNAA) a été baptisé le mardi 15 décembre 2020 au nom de Centre national de formation en artisanat d’art Birigui Julien Ouédraogo. Baptiser le centre national d’artisanat d’art au nom de l’illustre personnalité, c’est susciter un élan patriotique et un engagement pour le service bien fait au sein de la jeune génération.

Créé en 1967 au nom de Centre voltaïque des arts (CVA) par un groupe d’artistes indépendants sous l’impulsion de la coopération française, il a été érigé en service public en 1970. Il prit ensuite la dénomination du Centre national d’artisanat d’art (CNAA). C’est une direction technique relevant de la direction générale de la formation et de la recherche du ministère de la culture, des arts et du tourisme. Birigui Julien Ouédraogo fut le tout premier directeur de ce Centre. Ce grand commis de l’Etat, homme politique, artiste peintre et créateur inlassable s’est beaucoup investi dans le rayonnement du centre, à travers ses multiples actions et initiatives.

C’est en reconnaissance de cette contribution hautement significative de ce grand homme de culture, que les plus hautes autorités du Burkina ont décidé de lui rendre hommage en baptisant le centre au nom de Birigui Julien Ouédraogo. Selon le ministre de la culture, des arts et du tourisme Abdoul Karim Sango, « monsieur Birigui Julien Ouédraogo a été un acteur majeur depuis le début des indépendances de la filière des arts et de la culture. De ce point de vue, il est initiateur de l’ancêtre de ce centre. Le président du Faso a invité à l’écriture de l’histoire générale du Burkina Faso (…) L’écriture de l’histoire générale du Burkina Faso, c’est que nous puissions rendre un hommage mérité à tous ceux qui, dans leur domaine respectif, ont contribué véritablement au développement de notre pays. » Le ministre a souhaité que les actions de feu Julien Birigui Ouédraogo puissent être une source d’inspiration pour la jeune génération d’aujourd’hui mais surtout pour celle de demain.

Sentiments de joie et de fierté de la famille de l’illustre homme

Une exposition des objets d’art, et des peintures du grand homme Birigui Julien Ouédraogo est faite dans le centre en question. A cet effet, le ministre a invité les Burkinabè à venir au musée national où est logé le centre, pour découvrir ces œuvres. La famille Ouédraogo, frères, fils et petits-fils ont manifesté leur joie et leur fierté de savoir que la mémoire de l’illustre Birigui demeure éternelle. Elle dit être disposée à accompagner le centre afin qu’il puisse répondre aux attentes, non seulement, des burkinabè mais aussi du monde.

Naaba Koutou a été le représentant de sa majesté Naaba Kiiba, parrain de la cérémonie. « Ce sont des sentiments de joie et de satisfaction à l’idée d’un service rendu. Cet homme de culture et d’arts a conquis l’immortalité par son talent. Le Centre va vivre et générer des artistes compétants qui feront l’honneur de leur pays. Naaba Kiiba est très fier parce qu’il est l’ami et le frère de feu Birigui Julien Ouédraogo », a laissé entendre Naaba Koutou.

« Je voudrais exprimer tout le plaisir qu’éprouve le gouvernement à travers ma modeste personne pour le département du ministère de la culture, des arts et du tourisme. Le Président du Faso a invité à une écriture de notre histoire générale. C’est une occasion de rendre un hommage mérité à toutes les personnes qui, dans leur domaine respectif, ont œuvré au développement du Burkina Faso. Monsieur Birigui Julien Ouédraogo a été un acteur majeur du développement des arts et de la culture, et c’est avec une réelle fierté que ce centre lui est dédié pour inspirer les jeunes générations » , a écrit le ministre Sango dans le livre d’or.

Soyez le premier à commenter sur "Culture : Birigui Julien Ouédraogo rendu immortel"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

3 − deux =