Élections couplées de novembre 2020 : Le CGD fait son bilan

 

Le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD), en partenariat avec l’Union nationale des administrateurs civils du Burkina Faso (UNABF), a organisé ce mardi 23 mars 2021 à Ouagadougou, un « dialogue démocratique ». Ce dialogue a porté sur le bilan des élections couplées présidentielle et législatives de novembre 2020. Une opportunité pour le CGD d’envisager des perspectives.

L’activité a regroupé nombreux participants de divers horizons, notamment des responsables qui ont représenté différents partis politiques, des organisations de la société civile, des responsables de l’administration publique, des leaders d’opinion… Dans un premier temps, les panélistes ont situé le décor global où chacun a exposé sur un sous-thème, et cette étape a connu l’intervention des participants. Ainsi, le panéliste Newton Ahmed Barry, président de la commission électorale nationale indépendante (CENI) a abordé la « soutenabilité financière des élections et des stratégies » en mettant en lumière le coût élevé de l’organisation de ces élections dans les modalités actuelles. A titre d’exemple, il a rappelé que ces élections passées ont coûté une somme estimable de 40 milliards de FCFA. Le budget de départ d’ensemble du processus, est allé au-delà de 100 milliards de FCFA (un budget qui a été revu par la suite).

Selon le président de la CENI, la démarche actuelle (enrôlement périodique) coûte donc chère (avec l’actif, un renouvellement fréquent des matériels). « Si on ne fait pas attention, ce sont les coûts des élections qui vont dégoûter les citoyens des élections », a averti Ahmed Barry, qui a soutenu que ces coûts peuvent pourtant être minimisés jusqu’à proportion de zéro franc, pour ce qui est de l’étape d’enrôlement par exemple. D’où la nécessité, à son avis, d’opérer des reformes à ce niveau.

Quant au juriste, Abdoul Karim Sango, ancien ministre et ancien commissaire de la CENI, il a analysé le cadre juridique et institutionnel de la CENI, de son diagnostic. Entre autres, il a remarqué que la qualité des membres de la CENI ne repose sur aucun critère de compétences techniques et d’exigences morales.

 

Soyez le premier à commenter sur "Élections couplées de novembre 2020 : Le CGD fait son bilan"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

2 + 8 =