Fraude au Burkina : 60 000 cartouches de cigarettes d’une valeur de 360 millions FCFA brûlées

 

12 millions de bâtons de cigarettes non homologués ont été incinérés ce vendredi 13 novembre 2020 à Ouagadougou. En effet, le ministère du commerce, de l’industrie et de l’artisanat en collaboration avec la Brigade mobile de contrôle économique et de la répression de la fraude (BMCRF) a saisi sur le marché, 60 000 cartouches de cigarettes frauduleuses. La cérémonie d’incinération a été présidée par le secrétaire général du ministère, en présence des forces de l’ordre et du président de la BMCRF.

360 millions FCFA, est la valeur des produits qui ont été brulés ce vendredi matin à Ouagadougou. Ces produits du tabac sont frauduleusement entrés sur le marché du territoire national. Le Secrétaire général (SG) du ministère du commerce, Boukary Traoré n’a pas manqué de rappeler que « le secteur du tabac est fortement réglementé au Burkina Faso et nul ne doit pouvoir importer ou fabriquer des produits du tabac au Burkina Faso sans être détenteur d’un agrément en qualité d’entreposeur des produits du monopole des tabacs en cours de validité, dans lequel il est expressément précisé qu’il est autorisé à importer, stocker et distribuer les marques de cigarettes pour lesquelles il a demandé et obtenu l’agrément. » Aussi, les emballages des produits du tabac doivent répondre aux exigences en matière d’étiquetage notamment les normes de traçabilité en vigueur et les marquages sanitaires graphiques. A cet effet, selon le SG, « toute commercialisation de produits du tabac sur le territoire national ne respectant pas ces exigences, est interdite et constitue un manquement à la règlementation. Dans ce cas, les cartons, cartouches et paquets sont d’offices saisis et les contrevenants passibles de sanctions. »

Le ministère rassure les populations, en ce qui concerne son engagement à lutter contre la fraude “sur toutes ses formes“. Par ailleurs, il (le ministère) lance un appel et une mise en garde aux acteurs qui s’adonnent à ce type d’activités. Que ça soit les produits du tabac ou d’autres produits, le ministère dit être fortement engagé à lutter contre ces produits qui iront sur le marché de manière frauduleuse, afin de faire en sorte que la population puisse accéder à des produits de qualité et accessibles.

En ce qui concerne les sanctions, le SG soutient que la rigueur de la loi va s’appliquer. Même si les produits ont été saisis et brulés, il y a d’autres procédures qui vont s’engager parce que des textes sont assez clairs là-dessus.

En rappel, seuls les paquets de vingt (20) bâtons de cigarettes sont autorisés sur le territoire national.

 

Sensibilisation

Message du CSC : Évitez des propos diffamants, injurieux, haineux ou violents
Au Burkina Faso, la loi interdit formellement les propos injurieux, diffamants, haineux et violents sur les médias. Il faut savoir que les émissions d’expressions directes ne sont pas des espaces de non droit où tout est permis. Alors le Conseil Supérieur de la Communication (CSC) invite les citoyens burkinabè à exprimer leurs opinions de façon courtoise, citoyenne et responsable.
« Pensons toujours à la préservation de la paix et de la cohésion sociale, lorsque nous intervenons dans ces émissions », souligne le CSC.
Suivez plutôt la vidéo ! https://fb.watch/1KvwQb7xVK/

 

Soyez le premier à commenter sur "Fraude au Burkina : 60 000 cartouches de cigarettes d’une valeur de 360 millions FCFA brûlées"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

18 + neuf =