HCT-BF: L’organisation des transporteurs marginalisée

 

Le Haut conseil des transporteurs du Burkina Faso (HCT-BF) a tenu une conférence de presse ce mardi 12 janvier 2021 à Ouagadougou. Il s’est agi pour ces acteurs du secteur des transports, de faire cas des situations difficiles qu’ils rencontrent ces derniers temps.

Les transporteurs sont confrontés à des difficultés ces derniers temps. C’est entre autres, le blocage de bon de chargement ; L’orientation par le Conseil burkinabè des chargeurs (CBC) de tout demandeur de bon de chargement vers une structure syndicale ; Le non-respect de l’article 11 de l’arrêté qui souligne que le bon de chargement est délivré par le CBC sans aucun intermédiaire ; Le blocage des camions à la frontière du Togo et du Burkina. Les premiers responsables du conseil accusent le Directeur général du CBC et certaines organisations syndicales de créer ce désordre.

En effet, ces difficultés pourront même provoquer une crise diplomatique car selon les conférenciers du jour, il y a une création de conflit entre les acteurs du transport burkinabè et togolais. Il y a l’interdiction des véhicules burkinabè d’accéder aux territoires togolais, le blocage du fret à la frontière pendant deux semaines, la détérioration des marchandises durant le stationnement. « De toutes ces difficultés, découlent des actions de sieur Maiga Issoufou dans les différents ports en complicité avec le DG de CBC, en vue de saper l’application de l’arrêté portant sur la gestion du fret. », a laissé entendre le Secrétaire général du Haut conseil des transporteurs du Burkina Faso, Alassane Barro.

Tout le problème se situe au niveau du bon de chargement. Le bon de chargement est un document qui devrait être délivré gratuitement à tous les transporteurs afin qu’ils puissent faire leur travail. Sans ce document, le transporteur sera dans l’obligation de payer la somme de deux cent mille (200 000) franc CFA à la frontière au risque de ne pas rentrer dans le pays destinataire. Cependant, le CBC qui est chargé de livrer ce document, oriente le HCT-BF vers le FUTUR-BF qui est aussi une association. Ce dernier se justifiant qu’il ne peut pas travailler avec deux organisations des transporteurs. Or, il y a le FUTUR-BF et le HCT-BF, jusqu’à ce qu’il ait une seule structure interlocutrice pour l’Etat. Le HCT-BF accuse donc le DG de CBC de prendre partie en s’alignant derrière le FUTUR-BF au détriment du HCT-BF.

Cette crise apporte un coup dur à l’économie nationale. A cet effet, le HCT-BF a lancé un appel à leur ministre de tutelle à savoir celui des transports, Vincent Dabilgou, de veiller à la bonne application du décret et à jeter un regard sur les actions du CBC. Ce, parce que la situation provoquerait des pénuries de denrées alimentaires qui pourraient créer une inflation sur les produits de premières nécessités, donc la vie chère. Pour eux, c’est au ministre Dabilgou de trouver une solution définitive à cette crise qui persiste au sein du transport routier depuis des années. Le HCT-BF, organisation pacifique, espère un retour favorable de la part des autorités afin de leur permettre de travailler et de contribuer au développement du pays.

Soyez le premier à commenter sur "HCT-BF: L’organisation des transporteurs marginalisée"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

3 − 3 =