Le « FOCAPE » pour une relance du système éducatif au Burkina Faso

La cérémonie d’ouverture du Forum  citoyen des acteurs et des partenaires de l’éducation (FOCAPE), s’est tenue ce jeudi 24 septembre 2020 à Ouagadougou. Organisé par L’Agence conseil service formation (ACSF), ce forum, cinquième du genre, se déroulera les 24, 25 et 26 septembre. Il s’agira pour les participants qui sont des  acteurs du monde éducatif, de proposer une feuille de route aux autorités compétentes pour une relance du système éducatif.

Depuis cinq ans, l’Agence conseil service formation (ACSF) organise le FOCAPE, un forum qui se penche sur la question du système éducatif national.  Il s’agit, entre acteurs de l’éducation, d’échanger sur l’éducation de façon globale au Burkina. Le forum  présidé par le représentant du ministère de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN) se tient sous le thème « Quelles contributions et actions des acteurs et des partenaires de l’éducation dans un contexte de fronde sociale ; de crise sécuritaire humanitaire et sanitaire pour une relance et une efficacité du système éducatif burkinabè. »

L’éducation scolaire au Burkina Faso connait  des perturbations dues à l’insécurité qui est aggravée depuis 7 mois par la pandémie de la maladie à corona virus. Selon l’administrateur général de  l’ACSF Roger Valea « ça fait 7 mois que les enfants pour la grande majorité sont à la maison. Ce qui signifie qu’il y a eu des désapprentissages et des nouveaux comportements qui se sont installés. Et ces comportements ne sont  pas seulement pour les enfants mais pour tous les acteurs. C’est pourquoi nous parlons de décrochage  des parents dans l’accompagnement des enfants. Les parents ne sont plus dans la dynamique de l’accompagnement des enfants. » Pour l’administrateur général,  en tant qu’observateur de la scène du secteur de l’éducation, les autorités et leurs partenaires de même que les acteurs syndicaux ont besoin d’un coup de main. A cet effet, il faut agir ensemble pour relever le défi. A l’en croire, il faut rappeler les syndicats d’avoir un certain nombre de comportements tout en rappelant également les autorités de considérer ce qui est entrain d’être fait car « cela traduit une perte de repère qui rentre dans la crise du système éducatif. »

Il sera question  d’une campagne de mobilisation pour la reprise et pour l’année scolaire académique 2020-2021. Cette campagne a commencé le 1er septembre 2020 et se poursuivra jusqu’au 31 décembre. La campagne a mobilisé les autorités, les syndicats et bien d’autres structures afin de trouver une feuille de route pour relancer réellement le système éducatif en prenant en compte les différents contextes.

« C’est un thème qui résume les attentes du ministère en charge de l’éducation. Nous attendons la contribution de l’ensemble des acteurs et partenaires de l’éducation pour l’édification d’un système éducatif burkinabè de qualité, inclusif pour tous. » A laissé entendre Lucien Hien, représentant du ministre de l’éducation nationale. L’éducation étant un service public, monsieur Hien pense que chaque acteur a sa partition à jouer à commencer par les ministères à travers la mise en œuvre des programmes éducatifs et des renforcements des capacités.  « Les partenaires techniques et financiers ont leur partition à jouer à travers leur accompagnement et leur soutien. Mais aussi,  les  parents qui ont leurs  enfants dans les écoles ont un  rôle à jouer. »  A-t-il soutenu.

Soyez le premier à commenter sur "Le « FOCAPE » pour une relance du système éducatif au Burkina Faso"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

vingt − neuf =