Le Premier ministre devant la Commission paix des Nations-Unies : « L’ambition de mon Gouvernement est de réduire durablement la pauvreté et les inégalités inter et intra-régionales ».

 

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré a fait ce jeudi 08 octobre 2020 dans l’après-midi, une déclaration à la réunion par visioconférence de la Commission de Consolidation de la paix des Nations-Unies.

Pour le chef du gouvernement, le Burkina, confronté au péril terroriste et aux désastres de la maladie à coronavirus et qui se prépare à organiser des élections couplées (présidentielle et législatives) le 22 novembre 2020, a plus que jamais besoin du soutien et de l’accompagnement de ses partenaires.

Au cours de la dernière décennie, la région du Sahel central, comprenant le Burkina Faso, le Mali et le Niger, est devenue l’épicentre de conflits violents au Sahel, caractérisés par des niveaux d’insécurité sans précédent, et une crise politique, humanitaire et de développement. La COVID-19 a aggravé une situation déjà précaire et étire des systèmes et des structures déjà faibles.

Le Burkina est confronté à la pandémie depuis le 09 mars 2020 et à la date du 05 octobre 2020, totalise plus de 2 000 cas confirmés, dont malheureusement 59 décès et plus de 600 cas actifs, a expliqué le chef du gouvernement dans sa déclaration. La pandémie a engendré pour le pays un impact négatif au plan social et économique sur la population en général déjà fragilisée par les chocs divers.

Pour Christophe Joseph Marie Dabiré, les effets de la Covid-19 se traduisent par la réduction du taux de croissance de 6,3% à 2% ; la baisse des recettes publiques estimée à plus de 550 millions de dollars, soit un déficit budgétaire de 5% ; le ralentissement général des activités économiques, avec pour conséquence des tensions de trésorerie de l’Etat.

Le Gouvernement a élaboré un Plan national de réponse à la crise de la pandémie d’un coût global de 480 milliards de FCFA, soit 889 millions de dollars, qui définit et met en œuvre une réponse nationale holistique et pertinente et assure une gestion stratégique de la situation de crise multidimensionnelle à laquelle le pays est confronté.

Selon le chef du gouvernement, le Burkina Faso vient utiliser la Plateforme de la Commission pour solliciter de ses membres et des Partenaires Techniques et Financiers, leur soutien et leur accompagnement, pour mettre en œuvre les projets identifiés dans le cadre de la Matrice d’actions prioritaires du Programme d’urgence pour le Sahel, élaborée à travers l’accompagnement des Nations unies.

Dans cette matrice, figurent les activités les plus urgentes de prévention et de consolidation de la paix dans les régions touchées par l’instabilité et cela contribuera fortement, a-t-il ajouté, au rétablissement d’une paix durable. « L’ambition de mon Gouvernement est de réduire durablement la pauvreté et les inégalités inter et intra-régionales », a dit Christophe Joseph Marie Dabiré aux participants à cette visioconférence.

Le président de la Commission de consolidation de la paix a rassuré que des réponses seront apportées aux préoccupations du gouvernement. Il faut noter que cette réunion se tient en marge de la table ronde ministérielle sur le centre du Sahel, prévue pour le 13 octobre prochain à New York.

DCRP/Primature

Soyez le premier à commenter sur "Le Premier ministre devant la Commission paix des Nations-Unies : « L’ambition de mon Gouvernement est de réduire durablement la pauvreté et les inégalités inter et intra-régionales »."

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

six − 4 =