Les web activistes se forment pour mieux contribuer à l’apaisement du climat social

La 1ère édition du forum des web activistes se tient ce jeudi 24 septembre 2020 à Ouagadougou. Cette activité se veut un espace de formation, d’échanges mais aussi  de partage d’expérience entre des web activistes politiques, internautes usagers des technologies de l’information et de la communication.

 

Ce sont des web activistes de divers partis politiques qui se sont retrouvés dans le cadre d’un même objectif. Contribuer à apaiser la toile a travers une formation, car convaincu que c’est quand on ne connait pas qu’on fait des erreurs. A cet effet, les réflexions seront portées sous le thème « contribution des web activistes politiques pour une véritable réconciliation nationale, dans un contexte électoral : défis majeurs et engagements collectifs. »

Le web activisme est une activité citoyenne d’après un membre du comité d’organisation Taita Salifou.  Tout en faisant savoir que le web activisme n’est pas un métier, il explique que  ce sont des journalistes de types nouveaux qui font la  concurrence avec les journalistes mais de manière déloyale car dit-il, « ils le font dans un certain désordre. » C’est pourquoi, l’activité de ce jour consistera à canaliser ces web activistes. « Les différentes thématiques qui seront développés va aider à nous cadrer pour que nous soyons aussi des communicateurs, de paix et non de guerre. » A fait savoir Taita Salifou.

Selon la patronne de la cérémonie d’ouverture, Hadja Ouattara/Sanon, ministre du développement numérique et des postes, il est important de former les web activistes au vue de l’émergence des réseaux sociaux. « Nous allons aux élections très bientôt. Aujourd’hui il n y a pas que la communication classique, celle par voie de presse parce que les réseaux sociaux occupent une place importante. Il est donc important de sensibiliser les web activistes surtout politiques pour que cette période pré-électorale puisse bien se préparer. » A-t-elle déclaré. Hadja Ouattara a salué la pertinence du thème mais aussi du sous thème qui est  « l’utilisation des réseaux sociaux comme facteur dans le processus de réconciliation au Burkina ». C’est pourquoi, elle a félicité   les initiateurs du forum qui sont par ailleurs des concurrents mais qui d’un commun accord sont unanimes que les élections se déroulent dans un climat de paix.

« Avec plus de 1 600 000 utilisateurs de Facebook au Burkina Faso, nous devons plus que jamais réfléchir pour transformer cet instrument de communication et d’interaction de masse au profit de notre vivre ensemble et de la cohésion sociale, gage d’un développement soutenu de notre pays » a indiqué la présidente de la commission de l’information et des libertés (CIL) Marguerite Ouédraogo/Bonané, marraine de cette activité. A l’en croire, la CIL mène des activités de sensibilisations, de formations et d’informations des différentes couches socioprofessionnelles par rapport à l’utilisation de l’internet et des réseaux sociaux. J’ai l’intime conviction, poursuit la marraine du jour, qu’individuellement mais surtout collectivement, nous sommes à mesure de semer dans les esprits et les comportements des utilisateurs des réseaux sociaux des sentiments d’une appartenance commune et de construction de notre bien commun qu’est le Burkina Faso.  Ce forum permettra de coordonner et de pacifier les interventions des animateurs de la toile pour des élections apaisées et respectueuses du vivre ensemble.

Soyez le premier à commenter sur "Les web activistes se forment pour mieux contribuer à l’apaisement du climat social"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

4 + 3 =