« L’hypocrisie est criarde dans le milieu du show-biz au Burkina » , darde Mackrist

 

Il est pianiste, auteur-compositeur et artiste musicien. Auteur d’un mix tape de huit (08) titres, le jeune talentueux Mackrist, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est aussi diplômé d’un Master II en management des ressources humaines. Dans le but de réaliser une interview, l’artiste a été reçu dans les locaux de votre quotidien en ligne « faso-actu.net » ce jeudi 10 septembre 2020. Il faut noter que l’amour, la foi en Dieu, la fidélité sont entre autres, les thèmes centraux véhiculés par l’artiste. 

Faso-Actu (FA) : Présentez vous à nos lecteurs.

Mackrist : Je suis Mackrist, artiste musicien, pianiste. Dalmeida Christ Giovanni, à l’état-civil.

FA : Avez-vous déjà un album sur le marché du disque ?

Mackrist : J’ai un mix tape de huit (08) titres, dénommé « pré-couleur de la vie » . C’est juste un avant-goût de l’album « couleur de la vie » qui est en préparation.

FA : Quelle est votre actualité ?

Mackrist : On est en préparation de l’album. Je suis dans l’autoproduction et j’avoue que le domaine n’est pas facile. J’aimerais clipper quelques titres de « pré-couleur de la vie » mais par faute de moyen, je vais à petits pas. J’attends d’avoir ces moyens, le soutien nécessaire pour pouvoir boucler ces clips pour plus de visibilité, avant de lancer le prochain album. C’est pas la peine de se précipiter et faire sortir un truc qui n’est pas au top.

FA : Quel est votre regard sur le milieu du showbiz burkinabè ?

Mackrist : Les choses ont commencé à bouger, mais pas comme il le faut. Dans des pays comme la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Togo, c’est la nouvelle génération qui est devant et ce sont des gars qui sont soudés. En Côte d’Ivoire par exemple, les gens se donnent des coups de pouce. Ici, l’hypocrisie dans le showbiz est criarde. Même si tu es talentueux, ils ne sont pas prêts pour t’épauler. Alors que l’artiste doit vivre de son talent et de son œuvre. De fois, il m’arrive d’avoir un certain nombre de sabotages au niveau des scènes. Tu vas voir quelqu’un pour être programmé, on te dit sans faute. Et ensuite, on te rappelle quelques jours après pour te dire que ce n’est plus possible. Mais moi, je fais ma musique parce que je l’aime. Ce n’est vraiment pas un milieu facile. Il y a une minorité qui gère les choses et qui profite des soutiens, mais nous autres c’est compliqué.

FA : Alors, quelles sont vos attentes vis-à-vis du ministère de la culture ?

Mackrist : C’est vraiment déplorable de voir des talents qui sont dans “l’underground“ (talentueux cachés) qui luttent, se battent jours et nuits mais qui n’ont pas de soutien. Ce qui fait un pays c’est sa jeunesse, sa force et son unité. Ce sont ces artistes, de fois, qui portent haut le drapeau du pays. Donc, c’est compliqué s’ils n’ont pas de soutien, et je pense qu’il faut les soutenir. Il n’y a pas que dans le domaine musical, il y a aussi le ciné, la photographie. Il y a des talentueux qui peuvent aller loin mais qui sont là, par manque de moyens. Je peux dire que c’est un peu mon cas parce que je râle. Quand vous écoutez mes œuvres, il y a une certaine qualité qui est là. Je ne fais pas dans l’à peu près. Dans mes prestations, je fais pour la plupart, du live ou du semi-live. Tout ce que je fais, c’est de manière professionnel mais quand tu n’a pas de soutien et que tu parles, on va dire que tu te plains.

FA : Bientôt, les élections présidentielle et législatives. Quel est votre message à l’endroit des politiciens ?

Mackrist : D’abord c’est l’union, la stabilité, la cohésion pour un Burkina de paix. Ensuite, que chacun vote selon son cœur, et que le meilleur gagne surtout.

FA : Mackrist soutient quel parti politique ?

Mackrist : Je ne suis pas politicien, donc je vais me taire sur le sujet. Mais je suis avec ceux qui luttent pour que le pays avance. J’ai ma carte d’électeur et j’irai voter.

FA : Quelle est votre analyse sur la situation sécuritaire actuelle ?

Mackrist : C’est une situation qui prévaut actuellement, c’est un problème qui nous touche tous. On a eu à perdre des proches, des amis, des parents. Je pense qu’il n’y a que dans l’union que nous pouvons arriver à bout de ce fléau qui ravage notre cher pays. Cette crise ralentit les choses et je pense que le gouvernement, seul, ne peut pas tout faire. Tous les dignes fils de ce pays doivent s’unir pour combattre ce fléau de terrorisme.

FA : Votre mot de la fin

Mackrist : La patrie ou la mort, nous vaincrons. Unité-progrès-justice. Burkina Faso, nous pouvons aller de l’avant.

2 Comments on "« L’hypocrisie est criarde dans le milieu du show-biz au Burkina » , darde Mackrist"

  1. Un artiste talentueux a suivre et accompagner !!!!

  2. Merci beaucoup à Faso actu info pour la force

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

5 × 3 =