Normalisation du stade du 4 août: “Nous ne sommes pas prisonniers du temps” dixit le ministre des sports et des loisirs

 

Ce mardi 9 mars s’est tenue au service d’information du gouvernement, une conférence de presse organisée par le ministre des sports et des loisirs. Au cours de cette conférence, le ministre a abordé la question de la normalisation du stade du 4 août.

Suite à la suspension du stade du 4 août le 2 mars 2021 par la CAF, les autorités ont introduit une procédure auprès du comité d’urgence de la CAF, ce qui a permis la levée de la suspension jusqu’au mois de juin 2021. Cette levée de la suspension s’est répandue comme une trainée de poudre. Au cours de la conférence de presse, le ministre a donné les raisons qui ont prévalu à la suspension du stade du 4 août. Il s’agit entre autres, de la qualité du terrain, la nécessité de l’éclairage, la propriété des vestiaires ainsi que leurs normalisations, les zones réservées aux spectateurs, la vidéo surveillance intérieure et extérieure, l’accès au wifi, les installations sanitaires, les trois tableaux d’affichage… Ces nouvelles normes sont dues à l’évolution du monde. « Depuis les premières correspondances de la CAF, des actions ont été entreprises par le gouvernement en vue de la réhabilitation du stade du 4 août. », a confié le ministre des sports et des loisirs, Dominique André Henri Nana.

En 2020, des procédures ont été entamées à travers des études techniques et architecturales dans le but de réhabiliter et de normaliser le stade du 4 août, selon les exigences de la CAF et de la FIFA. La question de la normalisation était une préoccupation avant l’arrivée de la suspension. L’étude qui a été faite annonce un budget de 11 milliards pour le stade du 4 août et 24 milliards pour le stade Sangoulé Lamizana à Bobo Dioulasso. Des échanges entre le ministre des sports et le ministre des finances ont été entrepris pour la mobilisation de ces fonds. Des séances de travaux ont été faites et seront finalisées avec le lancement d’appel d’offre. « Nous allons nous donner les moyens de pouvoir réaliser l’ouvrage, demander à ce qu’il réponde aux exigences de la CAF et de la FIFA », a souligné le ministre.

Concernant la réhabilitation du stade, le ministre rassure : « il n’y a aucune précipitation. Nous allons faire le travail dans les règles de l’art notamment la procédure financière et l’ouvrage de qualité. Les finances ne seront pas un handicap ». « Nous ne sommes pas prisonniers du temps mais de l’exigence de qualité. Nous allons prendre le temps qu’il faut pour faire un ouvrage de qualité », a-t-il renchéri.

Soyez le premier à commenter sur "Normalisation du stade du 4 août: “Nous ne sommes pas prisonniers du temps” dixit le ministre des sports et des loisirs"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

1 × 4 =