Occupation anarchique des couloirs de lignes électriques : la Sonabel sensibilise les populations de Zagtouli

 

La société nationale d’électricité du Burkina a organisé dans l’après-midi de ce mardi 15 septembre 2020, une campagne de sensibilisation aux dangers de l’occupation des couloirs de lignes électriques. Interdite par la loi au Burkina Faso, cette occupation présente des risques parfois catastrophiques aux populations. C’est d’ailleurs ce qui a conduit la Sonabel à initier cette série de sensibilisations qui entend couvrir plusieurs localités du pays.

Les populations de Zagtouli sont sorties massivement, ce mardi, pour prendre part au lancement des activités de cette campagne de sensibilisation. Pour mieux faire passer le message, la Sonabel a utilisé un théâtre-forum, animé par la troupe « Espoir » du comédien burkinabè, Babouanga. « Je tiens à ma vie. J’évite de m’installer ou de mener des activités sous les lignes électriques », a été le thème sous lequel, les activités de sensibilisation se sont déroulées.

Le conseiller Dipama Alain, porte-parole des maires des arrondissements 7, 8, 3 et le représentant du chef coutumier de Zagtouli ont souhaité la bienvenue aux premiers responsables du ministère de l’énergie et ceux de la Sonabel. Ils ont saisi l’occasion pour saluer cette initiative de sensibilisation, avant de rassurer leur engagement à soutenir la société d’électricité dans sa mission.

Selon le directeur de cabinet, Idrissa Konditamdé, par ailleurs représentant du ministre de l’énergie à ladite cérémonie, « cette initiative a vraiment sa place parce que l’occupation anarchique des couloirs de lignes électriques constitue un véritable danger pour la population ». A l’entendre, des recommandations ont été faites par les techniciens qui stipulent qu’il y ait le respect d’une distance de part et d’autre de 25 mètres, pour les lignes de hautes tensions. Et pour les moyennes tensions, il faut respecter à peu près 15 mètres. « Le message aujourd’hui, c’est donc demander à la population de respecter scrupuleusement ces recommandations pour éviter de connaître des situations dramatiques comme des cas d’électrocution qu’on a souvent vécus dans certaines situations », a-t-il laissé entendre.

Pour lui, le message est bien passé après la représentation théâtrale. Au nom du ministre de l’énergie, il a saisi l’occasion pour remercier la population de Zagtouli, les autorités coutumières, religieuses, administratives et politiques qui se sont engagées à s’impliquer véritablement pour faire en sorte que les populations respectent les mesures édictées par la Sonabel. Il a également félicité la structure d’électricité pour cette belle initiative.

Quant au Directeur général (DG) de la Sonabel, Baba Ahmed Coulibaly, « la situation est véritablement dramatique parce que surtout au niveau des périphéries, cette occupation des couloirs de lignes électriques est exagérée ». Selon son propos, il y a des personnes qui construisent sous les lignes d’électricité et cela n’est pas observé uniquement dans les espaces périphériques. « Il y en a même qui prennent les poteaux comme des pieds de leurs maisons. Ils construisent tout autour des poteaux. Mais on ne va jamais cesser de le dire, c’est très dangereux », a souligné le Directeur général. Par cette campagne qui va continuer dans les autres arrondissements, poursuit-il, la Sonabel entend sensibiliser les populations à éviter de se mettre en danger.

« Cette campagne qui a été initiée avec le théâtre de l’espoir et qui a commencé ce jour à Zagtouli, se poursuivra dans les autres arrondissements de la ville de Ouagadougou », a fait savoir le DG de la Sonabel. Baba Ahmed Coulibaly a indiqué que ceux qui ont déjà construit sous les lignes électriques, en tireront les conséquences car « c’est interdit. La loi dit qu’on ne doit pas construire sous la ligne. C’est un domaine public ».

Soyez le premier à commenter sur "Occupation anarchique des couloirs de lignes électriques : la Sonabel sensibilise les populations de Zagtouli"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

3 × 4 =