Ouagadougou : un réseau de cyberescrocs démantelé par la BCLCC

 

La Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité (BCLCC) a mis fin aux actions d’un réseau de cyberescrocs. A cet effet, elle a organisé une conférence de presse ce vendredi 18 septembre 2020 à Ouagadougou. Il s’est agi de présenter le matériel saisi ainsi que les malfaiteurs composés de quatre (04) jeunes dont l’âge est compris entre 17 et 21.

G.A, étudiant en 1ère année transport et logistique, Z.S élève, N.C élève en classe de terminale et B.A.S élève, sont les individus, tous domiciliés à saaba, qui composent le groupe d’escrocs mis aux arrêts. C’est à la suite de plusieurs plaintes portées par des victimes, qu’une enquête a été ouverte par la BCLCC qui a abouti à l’interpellation de ce réseau de cyberescrocs spécialisés dans l’arnaque en ligne.

Leur mode opératoire

Selon les explications de la brigade, les membres du réseau faisaient des publications sur la vente d’articles à des prix imbattables sur le marché via Facebook. Ils se faisaient passer pour des tenanciers de boutique de vente. En effet, ils collectent des photos d’articles de certains commerçants ou de personnes ayant un profil Facebook, pour la création de faux profils et de fausses pages sur Facebook. Les victimes envoyaient de l’argent sur un numéro de téléphone affilié au système de transfert d’argent des opérateurs de téléphonies mobiles. L’envoi d’argent est généralement suivi d’une photo de CNIB des victimes qu’ils s’en servaient pour ouvrir des comptes de transfert. Ils promettaient aux victimes de leur envoyer leurs articles via les compagnies de transport de la place, une forme de livraison un peu partout au Burkina Faso. Ces dernières ne sont jamais rentrées en possession de leurs biens.

Des objets saisis

Beaucoup d’objets ont été saisis. C’est entre autres, un ordinateur, 09 téléphones portables, des cartes visas, une moto, des CNIB, etc. Selon Bantida Samare Yoni, Commandant de la brigade, le préjudice est difficile à évaluer en ce que « cela constitue un frein au développement et à l’acceptation du e-commerce au Burkina Faso » . Des plaintes en lien avec la même affaire sont toujours enregistrées. « Le préjudice à l’heure actuelle, s’élève à plus de 10 millions FCFA. », a-t-il fait savoir.

Il faut noter que ces malfaiteurs géraient huit (08) fausses pages sur les réseaux sociaux. Il s’agit notamment de Faso chaise, service en vrac, Burkina électronique, EZOMAF service, Roi du plastique, Faso business market, Faso Divers Service, et Multicom.BF. D’autres faux comptes ont aussi été créés en utilisant des CNIB égarées et celles envoyées par les clients (victimes) pour s’acquérir des cartes SIM.

Par ailleurs, les conférenciers du jour ont tenu à inviter les populations à la prudence dans leurs diverses activités qui peuvent être liées par les ventes en lignes. En ce qui concerne les peines, la brigade laisse entendre qu’il appartient au procureur d’en décider.

L’étudiant en première année (G.A) serait le cerveau de la bande et comptabilisait une somme de plus de 2 millions FCFA dans son compte bancaire.

Soyez le premier à commenter sur "Ouagadougou : un réseau de cyberescrocs démantelé par la BCLCC"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

trois × 2 =