PAIF-PME : la solution burkinabè pour une inclusion financière

 

La cérémonie officielle de lancement du projet d’appui à l’inclusion financière et l’accès au financement des petites et moyennes entreprises (PAIF-PME) s’est tenue ce mardi 06 octobre 2020 à Ouagadougou. Ce projet dont l’objectif général est d’accroître l’accès aux services financiers numériques et au crédit pour des bénéficiaires ciblés, coûtera environ 55 milliards FCFA et couvrira la période 2019-2025.

Le PAIF-PME est un projet du gouvernement burkinabè appuyé par la Banque Mondiale. Il s’agit de favoriser l’inclusion financière au pays des Hommes intègres, qui se définit comme l’ensemble des dispositifs mis en place pour lutter contre l’exclusion bancaire et financière. Afin d’améliorer l’impact des interventions des acteurs financiers sur les conditions de vies des populations, le Burkina Faso s’est doté en 2019, d’une stratégie nationale de finance inclusive avec pour fondement le Plan national de développement économique et sociale (PNDES).

Pauline Zouré: représentante du ministre de l’économie, des finances et du développement par ailleurs ministre déléguée, chargée de l’aménagement du territoire

Pauline Zouré, représentant le ministre de l’économie, des finances et du développement, est la patronne de la cérémonie du jour. A l’en croire, ce projet est un instrument de développement majeur, de lutte contre la pauvreté, et de la promotion du développement durable. « C’est un projet novateur (…) Cela va nous permettre d’accroitre d’ici à 2025 un taux d’inclusion financière à près de 75% qui est l’objectif du gouvernement. », a déclaré Pauline Zouré.  De 2013 à maintenant (2020), le Burkina est passé de moins de 30% à pratiquement 60% de taux d’inclusion et ceci est, pour la ministre déléguée chargée de l’aménagement du territoire, Pauline Zouré, un effort louable. Elle n’a pas manqué de préciser que cette progression est rendue possible grâce aux partenaires du gouvernement en l’occurrence le secteur privé et le secteur bancaire. « L’accès aux services financiers est essentiel pour créer de la richesse, développer des entreprises, gérer les risques et atténuer les aléas climatiques et financiers avec à la clé, une amélioration de la qualité de la vie. », a-t-elle soutenu.

Maïmouna Mbow Fam: Représentante Résidente de la Banque Mondiale au Burkina Faso

Selon la représentante résidente de la Banque Mondiale au Burkina Faso, Maïmouna Mbow Fam, le PAIF-PME vise deux objectifs majeurs. « Le premier objectif est de promouvoir l’inclusion financière. Faire en sorte que toutes les populations quelque soit leur niveau de revenu, puissent disposer de service financier, accéder à des comptes de transactions et profiter de la digitalisation pour rapprocher les services financiers aux populations les plus vulnérables. Le deuxième objectif est l’accès au crédit pour les PME, les femmes entrepreneures et également pour les agriculteurs. », a expliqué Maïmouna Mbow Fam. Un autre élément majeur dans ce projet, poursuit la représentante de la Banque Mondiale, est la garantie partielle. En effet, un fonds de garantie a été mis en place afin de faciliter aux banques de donner plus facilement du crédit aux couches vulnérables, aux femmes et aux jeunes sans qu’ils aient des garanties énormes. « Nous (BM) allons accompagner le gouvernement à atteindre les objectifs de l’inclusion financière et de pouvoir profiter de la digitalisation. », a-t-elle rassuré.

Célestin Sanon, coordonnateur du projet PAIF-PME lors de son discours

Il faut noter que la mise en œuvre des activités est confiée à l’Unité de gestion du projet (UGP) logée au sein du ministère de l’économie. Aussi, le président de la chambre de commerce et d’industrie, Mahamadi Savadogo et le président de l’association professionnelle des Banques et établissements financiers, Martial Goeh-Akue sont les Co-parrains de ladite cérémonie de lancement de ce projet, qui entend lutter contre la pauvreté au Burkina Faso. « Pour toucher les populations dans les zones difficiles d’accès et leur offrir des services rapides et sécurisés, le projet va fortement accompagner l’utilisation du digital pour favoriser l’inclusion financière. Dans ce sens, l’utilisation du téléphone portable constitue une solution aux problèmes de sécurité liés à la manipulation du cash. », éclaircit le coordonnateur du projet, Célestin Sanon.

Soyez le premier à commenter sur "PAIF-PME : la solution burkinabè pour une inclusion financière"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

19 − 13 =