Politique : L’UPC doit un mea culpa à l’UNIR/PS

Pour une conference mondiale pour la paix et le progres. Benewende Sankara 1er juin 2016 photo Francine Bajande

 

L’Union pour le progrès et le changement (UPC), le parti du lion a rejoint la majorité présidentielle. Après 10 années passées en tant que Chef de file de l’opposition politique (CFOP), le président du parti a décidé de faire partie de la majorité présidentielle.

C’est le lieu de rappeler que cinq ans durant, les militants de ce parti ont passé le temps à insulter le président de l’Union pour la renaissance parti sankariste (UNIR/PS) Me Bénéwendé Sankara. Ce dernier a été traité de tous les noms par ces militants quand il a choisi d’aller à la majorité après les élections de 2015. Ils sont allés même jusqu’à modifier son nom Bénéwendé en le surnommant “Bénéribo“ qui signifie en langue mooré “celui qui est avec la nourriture“.

Aujourd’hui, leur “tout puissant chef“ a rejoint Me Sankara à la majorité. Diront-ils de lui “Bénéribo“ ? Tout comme Me Sankara en 2015,  Zéphirin Diabré a écouté les militants de son parti pour choisir son camp entre l’opposition et la majorité. Cette action des militants de l’UPC devrait les conduire à présenter leur mea culpa aux militants de l’UNIR/PS, puisqu’ils ont compris aussi qu’il faut choisir d’aller à la majorité quand on perd la tête de l’opposition. Certains militants de l’UPC ne pourront plus marcher la tête haute face à certains militants de l’UNIR/PS.

Dans la traditionnelle cérémonie de présentation de vœux de son parti, Zéphirin Diabré a laissé entendre ceci : « En tant que chef de file de l’opposition politique, si par mes actes, paroles ou mes attitudes, il m’est arrivé d’offenser ou de blesser qui que ce soit, je demande pardon à la personne. A tous ceux qui ont offensé le chef de file de l’opposition politique que j’étais, j’ai déjà pardonné et pour moi, la page est tournée. » Oui, c’est bien parti pour une réconciliation nationale. S’il est une fois arrivé qu’il ait dit de mauvaises choses sur Me Sankara, il s’en excuse aujourd’hui. Si le président de l’UPC s’est excusé pour ces cinq ans de “malparlage“, que devront faire ces militants qui ont passé ces cinq années (2015-2020) à tirer à boulets rouges sur le président de l’UNIR/PS ?  ça pourrait être au nom de tous les militants que le tout nouveau ministre d’Etat chargé de la réconciliation nationale s’est excusé. En avant pour la réconciliation nationale alors.

Soyez le premier à commenter sur "Politique : L’UPC doit un mea culpa à l’UNIR/PS"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

8 + quinze =