Prendre en compte les personnes handicapées pour un développement inclusif au Burkina Faso

S’est tenue  à Ouagadougou, ce mardi 22 septembre 2020, l’ouverture de l’atelier  national d’élaboration du projet de plan d’actions opérationnel (PAO) 2021-2023 de la stratégie nationale de protection et de promotion des personnes handicapées (SN-3PH). Cette rencontre de travail qui regroupe des acteurs clés concernés est organisée par le ministère de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire à travers le SP/COMUD/Handicap avec l’appui des partenaires techniques et financiers dont la Coopération italienne.

 

Les personnes vivant avec un handicap font face à d’énormes difficultés au Burkina Faso. En effet, des études ont montré que ces personnes sont confrontées entre autres à la persistance des pesanteurs socioculturelles négatives sur le handicap, à la pauvreté, aux difficultés d’accès aux services sociaux de base (éducation, santé, formation, emploi), à la discrimination et à la stigmatisation…

L’objectif de cet atelier qui va durer 5 jours est de permettre aux participants de s’approprier le projet de la nationale de protection et de promotion des personnes handicapées (SN-3PH) révisée et les projets d’outils pour l’élaboration du plan d’actions opérationnel (PAO) de la SN-3PH révisée. « Presque un milliard de personnes sont touchées par le Handicap. 80% de ces personnes vivent dans les pays en développement et sont touchées par des difficultés économiques. » A laissé entendre  la représentante des partenaires techniques et financiers et du projet “combler l’écart“ Ddores Mattossoucu. Pour elle, cet atelier est un « moment de réflexion, d’approfondissement mais aussi d’interaction entre tous les acteurs du mouvement ».  Combler l’écart II, un projet financé par l’Union européenne et mis en œuvre par l’agence  italienne de coopération de développement,  accompagne le gouvernement burkinabè  depuis ces trois  dernières  années. Le défi selon Ddores Mattassoucu est de permettre à ces personnes d’être des citoyens pouvant apporter leur contribution au développement. «La Stratégie et le Plan National sont des instruments clés pour faire en sorte que  les personnes handicapées puissent jouir de leurs droits. Seulement si les personnes avec handicap sont incluses dans le processus de développement, il sera possible  d’achever les résultats prévus par l’agenda 2030. Le développement inclusif ! La participation active des personnes en situation d’handicap est fondamental pour s’assurer que l’esprit de la Convention « Ne laisser personne de côté » soit pris en compte dans le Plan d’Action.» A soutenu Ddores Mattossoucu. la représentante des partenaires techniques et financiers et du projet “combler l’écart“ explique  que le Projet Combler l’Écart au Burkina Faso, dont la mise en œuvre a démarrée en 2017 et va se conclure en mars 2021, a déjà soutenu la relecture de la Stratégie Nationale de Protection et de Promotion des Droits des Personnes Handicapées (SN-3PH), et actuellement soutient le processus de formulation du Plan National. Elle a terminé en rassurant que l’agence italienne est heureuse d’être en partenariat avec le gouvernement du Burkina Faso.

Harouna Kafando est le Secrétaire permanent du Conseil national multisectoriel pour la protection et la promotion des droits des personnes handicapées (SP/COMUD/Handicap). Son attente au terme de cet atelier est que « le Burkina Faso puisse disposer d’un outil opérationnel retraçant l’ensemble des efforts que les uns et les autres veulent fournir pour l’inclusion des personnes handicapées. »  A l’en croire, toute stratégie doit être dotée d’un plan d’action opérationnel triennal et glissant. Et comme, poursuit-il, nous avons une stratégie de protection de personnes handicapées nous avons le devoir de la doter d’une stratégie opérationnelle prenant en compte les activités de tous les acteurs   pour les trois prochaines années (2021-2023).

De façon spécifique, cet atelier sera consacré  à la présentation du projet de la SN-3PH révisée aux participants, l’examen  des projets d’outils d’élaboration du projet de PAO de la SN-3PH, la validation des projets d’outils d’élaboration desdits projets et enfin, des échanges se tiendront sur la contribution de chaque acteur pour l’élaboration du projet de PAO effectué.

« La question du handicap constitue ces dernières décennies, une préoccupation majeure pour la communauté internationale et  nationale, car les personnes handicapées et particulièrement les femmes et les enfants handicapés sont confrontés à d’énormes difficultés parmi lesquelles les difficultés d’accès aux services sociaux de base. Les diverses violences physiques, morales et psychologiques et la pauvreté. » A indiqué le représentant de la ministre de la femme, et présidente du SP/COMUD/Handicap, Yves Kaboré, par ailleurs chargé de mission dudit ministère. La ministre de la femme a, à travers son représentant Yves Kaboré exhorté les participants de faire des propositions pertinentes afin de permettre au Burkina Faso de disposer d’un instrument programmatique conformément aux textes en vigueur et ce, pour canaliser toutes les actions qui seront entreprises en faveur des personnes handicapées. Le représentant de la présidente de SP/COMUD/Handicap, a fini son propos en remerciant les partenaires techniques et financiers en l’occurrence  le projet combler l’écart II et l’UNICEF.

Soyez le premier à commenter sur "Prendre en compte les personnes handicapées pour un développement inclusif au Burkina Faso"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

quatre × 2 =