Procès de Nicolas Sarkozy : Quatre ans de prison dont deux avec sursis et deux ferme

 

En France, le parquet national financier a requis le mardi 8 décembre 2020 quatre ans de prison, dont deux avec sursis, à l’encontre de l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy. Ce jugement n’est pas pour son implication dans certaines affaires africaines mais plutôt pour corruption et trafic d’influence dans l’affaire dite des “écoutes“.

“20 ans maire, 20 ans député, 10 ans ministre, 5 ans président de la République. Jamais ! Jamais je n’ai commis le moindre acte de corruption” , a laissé entendre Nicolas Sarkozy au tout début de son interrogatoire pour encore une fois, clamer son innocence, dénonçant également le “déchaînement” de moyens mis en œuvre contre sa personne.

L’ancien locataire de l’Élysée du 16 mai 2007 au 15 mai 2012, est soupçonné d’avoir conclu un “pacte de corruption” en 2014, en obtenant des informations protégées par le secret, via son avocat Thierry Herzog, auprès du haut magistrat Gilbert Azibert, sur un pourvoi à la Cour de cassation.

Ce dernier (l’avocat) est aussi soupçonné d’avoir tenté d’influer sur la procédure, en échange de la promesse d’un “coup de pouce” pour un poste à Monaco qu’il n’a finalement jamais eu.

L’accusation a demandé les mêmes peines pour l’ancien haut magistrat Gilbert Azibert, ainsi que pour Thierry Herzog, avocat historique de l’ex-chef d’État, demandant pour ce dernier qu’elle soit assortie de cinq ans d’interdiction professionnelle.

“Le ministère public requiert la condamnation des trois prévenus pour l’ensemble des délits qui leur sont reprochés”, a déclaré Jean-Luc Blachon, procureur adjoint au PNF.

 

Soyez le premier à commenter sur "Procès de Nicolas Sarkozy : Quatre ans de prison dont deux avec sursis et deux ferme"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

15 − 14 =