PROVINCE DE SISSILI : Un trafiquant de défenses d’éléphants condamné à de peines exemplaires par le Tribunal de Grande Instance de LEO

 

Un trafiquant de pointes d’ivoires d’éléphants a été condamné à 6 mois de prison ferme par le Tribunal de Grande Instance de LEO au cours de l’audience foraine tenue dans la localité de BIEHA le lundi 15 février 2021. Il était poursuivi pour détention illicite d’ivoires d’éléphants et de tentative de commercialisation illicite de ces ivoires.

En plus de la condamnation de 06 mois de prison ferme, il a été condamné à 18 mois de prison avec sursis, à payer une amende ferme de cent mille (100 000) FCFA. Il versera aussi au Trésor Public la somme d’un millions (1.000.000) FCFA à titre de dommages et intérêts.

Il faut souligner que les éléphants font partie des espèces intégralement protégées, en raison des menaces qui pèsent sur eux et du risque de les voir disparaître à jamais. Le braconnage s’intensifie malheureusement chaque année. Entre 25 000 et 30 000 éléphants sont abattus illégalement chaque année afin de récupérer leurs défenses et alimenter le trafic international, principalement à destination de l’Asie. La population des éléphants d’Afrique a diminué au cours des années 2010 : le continent compterait en 2019 environ 415.000 spécimens, soit 111.000 de moins que lors de la précédente décennie. Certaines populations d’éléphant sont particulièrement menacées, notamment les populations d’Afrique de l’Ouest. Elles sont en effet disséminées sur de vastes territoires et subsistent tant bien que mal dans quelques parcs nationaux.

Au terme du procès, les défenseurs de la faune sauvage saluent cette décision exemplaire venant du TGI de Leo tout comme ils saluent aussi la condamnation à 12 mois de prison ferme rendue par le Tribunal de Grande Instance de Manga toujours dans la région du Centre-Ouest le 8 juillet 2020 à l’endroit d’un braconnier. Ce dernier était poursuivi  pour circulation dans une forêt classée sans autorisation, détention d’arme servant à la chasse dans une aire de protection faunique sans autorisation, chasse sans autorisation et abattage d’animaux dont deux suitées. Au nombre des animaux abattus illégalement figuraient l’Hippotrague, le Céphalophe de Grimm et le  Guib harnachée.

Ces défenseurs de la faune sauvage souhaitent que la justice affiche davantage de fermeté lorsqu’il faudra sanctionner les délinquants impliqués dans les infractions fauniques. Ils pensent qu’une telle sentence contribuerait à dissuader des potentiels contrevenants à la loi faunique et motiverait davantage le personnel chargé de veiller à la protection de ces animaux.

En rappel, ce trafiquant avait été interpellé le 09 décembre 2020 par les agents du Service Départemental de l’Environnement de l’Economie Verte et du Changement Climatique de BIEHA, les éco gardes du complexe écologique de Pô-Nazinga-Sissili (PONASI) de l’ONG les ANGES GARDIENS DE LA NATURE qui collaborent avec l’ONG Internationale CONSERVATION JUSTICE.

 

 

Soyez le premier à commenter sur "PROVINCE DE SISSILI : Un trafiquant de défenses d’éléphants condamné à de peines exemplaires par le Tribunal de Grande Instance de LEO"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

15 − quatorze =