Recrudescence des attaques à main armée : la Police nationale met aux arrêts plusieurs présumés malfrats

 

Le Service régional de la Police judiciaire du centre a tenu une conférence de presse dans la matinée de ce mercredi 17 mars 2021 à Ouagadougou. Face aux Hommes de médias, il était question de présenter les résultats des différentes investigations menées face à la recrudescence des attaques à main armée dans les centres urbains.

La Police nationale annonçait le 19 février 2021, le renforcement des équipes et l’accentuation des contrôles sur le terrain pour faire face à la recrudescence des attaques à main armée dans les centres urbains notamment à Ouagadougou. En effet, ces opérations se sont déroulées en deux phases : une phase dite intensive et celle dite ordinaire, d’où les résultats présentés à la presse ce mercredi matin.

Avec la phase intensive qui a déjà été exécutée et la phase dite ordinaire débutée le 23 février 2021 mais toujours en cours d’exécution, les opérations conjointement menées par l’ensemble des services de police de la ville de Ouagadougou, consistent en des activités de prévention et d’activités de répression. Du point de vue spécifique, l’opération spéciale a permis d’obtenir 7878 personnes contrôlées, 19 personnes interpellées et gardées à vue, 7157 engins contrôlés et/ou fouillés, 196 personnes sensibilisées et 20 engins mis en fourrière. Aussi, plusieurs matériels ont été saisis pour des infractions comme la détention illégale d’arme à feu, les vols aggravés, le recel, l’ivresse publique et manifeste, les destructions de biens publics, le défaut de carte grise, de plaque d’immatriculation et de documents d’identité.

Quant à la phase de répression, les investigations ont porté sur plusieurs cas d’attaques à main armée dont la série des attaques menées par des individus portant des casques dans les quartiers de Tampouy, Bassinko, Yagma, Nonsin, Pissy et Bendogo entre le 21/11/2020 et le 17/02/2021. Ces investigations ont abouti à des résultats dont l’interpellation de trente et une (31) personnes ; huit (08) personnes gardées à vue pour acte de grand banditisme, vol, complicité de vol à main armée et recel ; un (01) véhicule à quatre roues ; sept (07) pistolets automatiques dont un (01) factice ; deux (02) paires de menottes ; des minutions de kalachnikov et de P A ; six (06) paires chaussures de marques Sebago ; quatre (04) casques de motos : deux (02) blousons de couleur noire ; quarante-deux (42) téléphones portables ; la somme de six cent mille (600 000) francs CFA.

Le Commissaire principal de police, Sayibou GALBANE, Chef du Service régional de police judiciaire du centre, a noté que plusieurs individus sont activement recherchés pour leur lien présumé avec les différentes attaques dans les villes de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso. Il a saisi l’occasion pour rassurer la population sur la détermination de la Police nationale à garantir la protection des personnes et de leurs biens. Tout en rappelant les numéros verts qui sont le 17 pour la Police nationale, le 16 pour la Gendarmerie nationale et le 1010 pour le CNVA, le Commissaire principal a demandé le réflexe et la culture de dénonciation de tout comportement suspect à travers ces numéros verts.

 

Soyez le premier à commenter sur "Recrudescence des attaques à main armée : la Police nationale met aux arrêts plusieurs présumés malfrats"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

13 + neuf =