Secteur minier : 2e édition de la « Journée du Fournisseur Minier du Burkina Faso »

 

La cérémonie officielle de la 2e édition de la « Journée du Fournisseur Minier du Burkina Faso » s’est tenue dans la matinée de ce jeudi 05 novembre 2020 à Ouagadougou, sous le patronage du ministre des Mines et des Carrières, Oumarou IDANI et le parrainage du président de la Chambre des Mines du Burkina, Tidiane BARRY.

« Stratégie d’accroissement de la part des entreprises burkinabè dans les achats des industries extractives » , tel est le thème retenu pour cette 2e édition, qui va permettre d’échanger sur comment chacun des acteurs miniers, peut accompagner les entreprises burkinabè à intégrer la chaine de valeur de l’industrie minière et saisir les opportunités d’affaires que celle-ci offre.

Selon Toussaint Bamouni, Directeur exécutif de la chambre des mines du Burkina Faso (CMBF), le secteur minier au Burkina Faso, est un secteur dynamique. « C’est un secteur qui dépense plus de 500 milliards de FCFA par an pour les opérations minières. Et sur ce montant, c’est 15% qui est capté par les entreprises nationales« , a-t-il fait savoir. Pour lui, ce n’est pas assez mais c’est un chiffre qui est en hausse continuelle, et des ateliers comme celui-ci permettent de promouvoir la fourniture locale des biens et services. « Au cours de cet atelier, les compagnies minières vont donner des informations sur la qualification des fournisseurs afin qu’ils puissent capter les commandes minières » , a-t-il précisé.

« L’organisation de la Journée du fournisseur minier, c’est mettre la lumière sur le secteur économique environnant le secteur minier » , a laissé entendre la présidente de l’Alliance burkinabè des fournisseurs de biens et services miniers (ABSM), Dina Lankoandé. A l’entendre, il y a des prestataires de biens et services dont les mines ont besoin aujourd’hui, mais elles ne savent pas forcement qu’il y a cette expertise locale. « Donc notre rôle, c’est de rapprocher les prestataires de biens et services locaux existant, et également les acheteurs des mines qui sont ces personnes qui gèrent les marchés au niveau des mines » , a-t-elle soutenu.

Caroline Mireault, chargée d’affaires à l’Ambassade du Canada au Burkina Faso, a indiqué que le développement de la fourniture locale est très importante parce que pour eux, « tout ce qui est un investissement, est un partenariat » . Pour elle, ça permet vraiment de mieux développer l’économie des deux pays à savoir, le Burkina Faso et le Canada. C’est d’ailleurs ce qui les amène à travailler pour améliorer le partenariat entre ces deux pays.

Dr Ousmane Ilboudo, secrétaire permanent de la semaine des activités minières d’Afrique de l’Ouest au ministère des mines et des carrières, quant à lui, a souligné qu’à leur niveau depuis une décennie maintenant, le secteur a connu le boom minier. « Quand vous regardez les indicateurs macroéconomiques, on a un peu de satisfaction parce qu’ils représentent 15% environ des recettes annuelles de l’Etat, et une forte contribution au budget de l’Etat » , a-t-il fait savoir tout en précisant qu’en terme d’emplois direct comme indirect, cela tourne autour de 51 336 emplois.

Par ailleurs, la contribution du secteur minier au PIB est passé de 7,9 en 2015 à 12,4% en 2018 avant de se stabiliser en 2019 à 10.4% ; ceci pour tenir compte des diverses crises observés dans le pays.

 

Soyez le premier à commenter sur "Secteur minier : 2e édition de la « Journée du Fournisseur Minier du Burkina Faso »"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

1 × quatre =