« Si le Burkina veut des rails standards, Bolloré doit construire des rails standards » , dixit Nestorine Sangaré

 

 

Consortium Burkina 2050“ a tenu une rencontre avec les hommes de média dans l’après-midi du jeudi 8 octobre 2020. Il s’est agi de discuter de la question du chemin de fer du Burkina Faso, suite à sa privatisation et la concession de sa gestion à Sitarail, filiale du groupe Bolloré depuis 25 ans.

Sauvons nos rails“, c’est le leitmotiv de Consortium Burkina 2050. En effet, pour cette structure, « la gestion privée du chemin de fer n’est pas plus performante que la gestion publique. » A cet effet, elle s’oppose à la privatisation de cette gestion au groupe Bolloré. Pendant un bon moment, Nestorine Sangaré s’est entretenue avec les journalistes sur les conséquences néfastes de la gestion privée du chemin de fer. La concession de la gestion du chemin de fer Abidjan-Kaya à Sitarail, est un échec commercial, financier, technologique, social et politique pour le Burkina Faso.

« Certes il y aura des insuffisances, mais l’Etat burkinabè est capable de gérer le chemin de fer (…) La privatisation amène beaucoup plus de problèmes que la gestion nationale. », a laissé entendre Nestorine Sangaré. Selon elle, la gestion nationale du chemin de fer est bien meilleure que celle privée. « Normalement, quand tu fais un appel d’offre pour confier ton travail à quelqu’un, ce n’est pas à lui de t’imposer comment il veut faire ton travail. Si le Burkina veut des rails standards, Bolloré doit construire des rails standards. Il n’a pas à imposer des rails métriques. S’il nous impose cela, avec le temps, nous allons devoir réinvestir après. », a-t-elle soutenu. Depuis 1994, le problème est posé et d’après l’animatrice du jour, Bolloré n’est pas “séduisant“ car « poursuivi par la justice de son pays, et mis en accusation pour avoir fait de la corruption en Guinée. »

Au-delà de ces critiques formulées, consortium Burkina 2050 fait des recommandations. C’est entre autres, la mise en place d’une équipe permanente compétente et pluridisciplinaire de négociateurs burkinabè ; Former des juristes burkinabè au droit international des affaires avec une spécialisation dans le domaine des PPP ; Adopter des rails standards dans la réhabilitation du chemin de fer afin d’intégrer la boucle ferroviaire ; Accélérer la construction du chemin de fer Ghana-Burkina pour avoir un chemin débouché maritime ; Procéder au recrutement rapide d’un entrepreneur pour l’exploitation du manganèse de Tambao.

Soyez le premier à commenter sur "« Si le Burkina veut des rails standards, Bolloré doit construire des rails standards » , dixit Nestorine Sangaré"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

deux × deux =