Burkina Faso : quel est le rôle de la justice dans le processus de la réconciliation nationale ?

 

Pour commémorer, au Burkina Faso, la journée internationale de la démocratie, le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) soutenu par l’Ambassade de la Suède, a organisé en partenariat avec le PNUD, un dialogue démocratique dans l’après-midi de ce mercredi 15 septembre 2021 à Ouagadougou.

Au cours de cette rencontre, deux (02) thèmes ont été évoqués à travers un panel. Il s’est agi notamment : « le rôle de la justice dans le processus de la réconciliation nationale et de cohésion sociale » et « Démocratie, cohésion sociale et réconciliation nationale : rôle des femmes et des jeunes » . Sur ces deux thèmes, des spécialistes ont exposé leurs points de vue respectifs sous la modération du Pr Albert Ouédraogo, Enseignant chercheur.

Selon Moumouni Zoungrana, enseignant chercheur au département de lettres-modernes et maître de conférence en littérature orale, les deux thèmes traitent des questions d’actualité. « La question de la réconciliation nationale est une préoccupation majeure pour la nation burkinabè. Et aussi l’apport des jeunes et des femmes dans ce projet, est très utile. Donc s’il y a un cadre qui est créé pour permettre aux intellectuels, à la population et aux penseurs de donner leur apport et leur contribution, je pense que c’est la bienvenue » , a-t-il déclaré tout en félicitant le CGD pour la tenue de cette rencontre. Comme vous le savez, poursuit-il, lorsqu’il y a une situation dans la nation, je pense que les filles et fils de cette nation doivent s’installer ensemble sous l’arbre à palabre pour essayer de se partager des idées, décortiquer la question afin que chacun puisse tirer profit.

La question de la démocratie en Afrique est de plus en plus très préoccupante surtout avec les coups d’Etats constatés ces derniers jours à l’Ouest du continent. Selon monsieur Zoungrana, la démocratie est une contribution perpétuelle. Alors il faut constituer des démocraties justes et bien fondées pour éviter les dérives par exemple « dans les histoires de 3e mandat » . Reconnaissant la force des institutions burkinabè, tous les acteurs concernés sont à la tâche pour que les bases de la démocratie soient bien solides afin d’éviter ces genres de drame au Burkina Faso.

En rappel, le Centre pour la gouvernance démocratique est une structure de recherche qui souhaite apporter sa contribution à la qualité de la gouvernance. Il est un organisme non gouvernemental de droit burkinabè, sans but lucratif, apolitique, qui n’assume aucune activité syndicale, politique ou religieuse. Créé en 2001, le centre vise à promouvoir la gouvernance démocratique, c’est-à-dire les principes et le processus de la démocratie ainsi que les institutions de la bonne gouvernance.

 

Soyez le premier à commenter sur "Burkina Faso : quel est le rôle de la justice dans le processus de la réconciliation nationale ?"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

deux × 2 =