Conférence de gestion des ressources humaines 2021 : Le conseil de discipline au cœur des échanges

 

Ce vendredi 08 octobre 2021, s’est ouverte à Ouagadougou la 8e édition de la conférence annuelle de gestion des ressources humaines, session 2021. Cette rencontre avec les gestionnaires des ressources humaines a pour objectif de se pencher sur la vie du personnel dans l’administration publique, surtout en matière de discipline.

« Le conseil de discipline : État des lieux et perspectives », tel est le thème choisi pour la conférence annuelle de gestion des ressources humaines, session 2021. Cette conférence a été instituée par le l’Etat burkinabè pour créer un cadre d’évaluation et d’orientation de la politique de l’Etat, relatif à la gouvernance administrative, à la gestion du personnel administratif qui s’accroit avec plus de 200 000 agents, et à la gestion du budget.

Selon Marcel Ouédraogo, Directeur général de la fonction publique, représentant le président du comité d’organisation de la présente conférence, la conférence de gestion des ressources de l’Etat « permet de rendre compte de la situation du personnel et des actes de gestion des ressources humaines, d’identifier les défis à relever, d’arbitrer les besoins en ressources humaines, d’examiner le fonctionnement des organes consultatifs de la fonction publique et de donner des orientations ou recommandations pour une gestion saine et rationnelle des ressources humaines publiques ».

Le choix du présent thème est parti du constat que l’indiscipline connait une montée dans l’administration et impacte la qualité du service public. C’est pourquoi, les participants à cette conférence vont réfléchir sur les mesures qui doivent être prises en cas d’indiscipline et surtout à ramener la discipline dans les services de la fonction publique qui est en voie de disparition. Au cours de cette conférence, un autre sous thème sera aussi abordé à savoir, la « Gestion des actes de carrière dans l’administration publique : défis de célérité et de régularité »

Pour le ministre de la santé, Pr Charlemagne Ouédraogo, représentant le Premier ministre, « ce que nous attendons de cette conférence, c’est qu’un certain nombre de règles puissent être revisitées et que les agents de l’Etat puissent s’en inspirer dans l’exercice de leur fonction. Nous avons un certain nombre de dérives sur le terrain, les détournements, de la concussion, du harcèlement et un certain nombre de comportements qui ne font pas honneur à l’Etat, aux agents », a-t-il laissé entendre puis d’ajouter : « Nous avons voulu que les règles élémentaires de l’éthique et de la déontologie soient au centre de la conférence, que les gestionnaires des ressources humaines puissent s’intéresser au traitement des actes de carrière et faire en sorte que les plaintes à ce niveau puissent être réduites à travers une célérité du traitement des actes de carrière des agents publics. Beaucoup d’agents ont des dossiers qui ne sont pas à jour. Il y a un manque à gagner, et cela constitue des troubles et n’encourage pas les agents publics sur le terrain. Nous souhaitons que ces questions soient revisitées afin que l’on puisse trouver un concept très accéléré et efficace qui permette aux agents publics d’avoir une situation claire de leur carrière. Nous devons également revoir le dispositif de gestion des ressources humaines pour qu’il y ait suffisamment d’agents afin d’accélérer le traitement des actes de carrière des agents ».

La question de la discipline sera au cœur des échanges au cours de cette conférence. Et pour le représentant du ministre, « nous devons également faire en sorte que les chambres de discipline soient mises à jour pour que les agents qui sont fautifs puissent passer dans les chambres de discipline et comprendre que les règles déontologiques doivent être respectées. Il y a des entraves à l’application des textes du conseil de discipline mais la conférence va se pencher sur cela et les conclusions seront reversées au gouvernement qui prendra des décisions idoines pour ressusciter les chambres de discipline et faire en sorte que ces chambres puissent accompagner le respect de l’éthique et la déontologie dans l’exercice du métier de chacun », a-t-il fait savoir.

L’indiscipline englobe le non-respect de la déontologie de l’agent public, qui comprend l’obligation de secret et discrétion professionnelle. De nos jours, l’indiscipline prend de l’ampleur dans l’administration mais la répression est faible ou inexistante pour beaucoup de départements. « On ne prend pas du plaisir à sanctionner quelqu’un mais ce sont des règles qui sont mises pour que ça marche. Et lorsque ces règles ne sont pas respectées, cela décourage les bonnes volontés qui veulent travailler », a expliqué le Directeur général de la fonction publique, sur la question du conseil de discipline. La redynamisation du conseil de discipline permettra de donner un nouvel élan à l’administration publique et les participants à cette conférence vont y réfléchir au cours de cette journée.

Soyez le premier à commenter sur "Conférence de gestion des ressources humaines 2021 : Le conseil de discipline au cœur des échanges"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

14 − 4 =