Dialogue Etat/Secteur privé : La mise en œuvre des recommandations jugée satisfaisante

 

Le Premier ministre Albert Ouédraogo a présidé ce mardi 10 mai, la première session 2022 du Comité de pilotage du cadre de concertation et d’orientation pour le dialogue Etat/Secteur privé (CODESP). Il ressort des échanges que malgré des difficultés liées à la crise sécuritaire et sanitaire, le taux de mise en œuvre des recommandations et résolutions de l’édition 2021 du cadre de dialogue Etat/secteur privé est satisfaisant. Néanmoins, les parties prenantes, se sont engagés à plus d’effort, pour que les acteurs économiques puissent jouer pleinement leur rôle, à savoir servir de moteur du développement.

Le secteur privé constitue un puissant facteur de développement à travers sa capacité à créer des emplois et de la richesse. Et pour que ce secteur joue pleinement son rôle en tandem avec le Gouvernement, il a été institué un cadre de dialogue Etat/Secteur privé qui se réunit annuellement dans la capitale économique, Bobo-Dioulasso. Pour maintenir et renforcer cette collaboration, un comité de pilotage regroupant tous les acteurs, a été mis sur pied et doit se réunir périodiquement. C’est ainsi que ce mardi 10 mai 2022, le Chef du Gouvernement Albert Ouédraogo a présidé les travaux de la première session de l’année 2022 du comité de pilotage du cadre de concertation et d’orientation pour le dialogue Etat/secteur privé.

Il s’est agi pour les parties prenantes, d’évaluer la mise en œuvre des recommandations et résolutions prises au cours de l’édition 2021 de la rencontre Etat/Secteur privé d’une part, d’autre part, d’envisager les perspectives, à travers l’adoption d’un plan d’action triennal (2022-2024) pour une amélioration du climat des affaires au Burkina Faso.

A l’issue de la rencontre, Albert Ouédraogo, tout en saluant la tenue effective de cette session, s’est dit satisfait des résultats atteints, car malgré un contexte assez difficile, chaque partie a joué sa partition et mieux, il y a des perspectives. Il a dit constater avec « satisfaction, que dans une démarche inclusive, les recommandations et engagements, ont été déclinés en plan d’actions triennal (2022-2024), avec la participation des structures administratives concernées et des structures d’appui au secteur privé ».

A ces acteurs du monde des affaires, Albert Ouédraogo a réaffirmé la volonté des nouvelles autorités d’insuffler une nouvelle dynamique pour l’amélioration de la gouvernance et la lutte contre l’insécurité. En effet, selon lui, c’est à ce prix que nous pourrons favoriser un meilleur essor du secteur privé.

Pour le ministre en charge du Commerce, Abdoulaye Tall, autant le secteur privé va jouer son rôle, autant l’Etat jouera aussi sa partition, à travers les recommandations et engagements pris. Tout en saluant les efforts déjà consentis par les acteurs du monde économique dans la recherche du bien-être des populations burkinabè, le ministre les a appelés à plus d’engagement aux côtés de l’Etat, surtout dans ce contexte difficile dans lequel vit aujourd’hui le Burkina Faso.

46%, c’est le taux de réalisation des recommandations et engagements pris au cours de l’édition 2021 concertations Etat/secteur privé. Dans les perspectives et selon le représentant du secteur privé Oumar Yugo, le monde des affaires est contraint de travailler avec le Gouvernement, pour l’amélioration de ces résultats, les prochaines années.

En attendant, le Burkina Faso enregistre une inflation des prix de produits de grande consommation, liée notamment à la crise interne et à la guerre en Ukraine. Au cours de cette session du comité de pilotage, le Gouvernement a demandé aux acteurs économiques, de faire preuve d’une plus grande résilience pour pouvoir accompagner la population dans sa capacité à supporter la vie du quotidien.

DCRP/Primature

 

Soyez le premier à commenter sur "Dialogue Etat/Secteur privé : La mise en œuvre des recommandations jugée satisfaisante"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

cinq × un =