Insécurité alimentaire au Burkina : un budget de plus de 27 milliards FCFA pour y remédier

Le ministère de l’agriculture et des aménagements hydro-agricoles a organisé une conférence de presse dans l’après-midi de ce vendredi 29 mars 2019. L’objectif de la présente conférence qui se tient à Ouagadougou, est d’évoquer le bien fondé du Plan de réponse et de soutien aux populations vulnérables à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition (PRSPV) de 2019, et de dresser le bilan de ce plan exécuté en 2018.

Afin de remédier à l’insécurité alimentaire que vivent les Burkinabè, le gouvernement et ses partenaires ont mis en place un instrument d’assistance aux personnes. Il s’agit du Plan de réponse et de soutien aux populations vulnérables à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition (PRSPV). Selon le ministre de l’agriculture et des aménagements hydro-agricoles, Salifou Ouédraogo, « ces plans visent à apporter une réponse concertée aux besoins spécifiques des ménages à risque d’insécurité alimentaire et à la malnutrition, ainsi que réduire les effets des crises sur les populations et le bétail par la protection et la reconstitution des moyens d’existence ».  C’est dans cette optique que la présente conférence tire son sens car, il s’agit de faire le bilan et de situer le plan qui sera élaboré en 2019.

Selon Salifou Ouédraogo, le PRSPV de 2019 est « élaboré suite à une analyse de la vulnérabilité alimentaire du pays à partir des résultats prévisionnels de la campagne agropastorale 2018/2019. » Pour son élaboration, un comité technique multi-acteurs a été mis en place « conformément au cadre général de coopération Etat-Partenaires sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Burkina Faso ».

Pour la rétrospection de 2018, un budget total de 81 491 002 888 F CFA a été élaboré en vue d’atténuer les effets immédiats de l’insécurité alimentaire et de protéger les moyens d’existences des populations, des personnes vulnérables. Ainsi, le montant qui a été mobilisé se situe à 61.630.297.248 F CFA et plus de deux (02) millions de personnes ont été touchées par les actions du plan de réponse pour un taux d’exécution de 83,71%. Le ministre précise également que l’année 2018 « a été difficile au regard de la campagne agropastorale qui a connu un déficit de consommation d’environ 12% », tout en indiquant que ce plan a été financé à 49,9% par l’Etat et à 50,1%, par les acteurs non étatiques.

L’analyse de la vulnérabilité alimentaire du Burkina Faso à partir des résultats de la campagne agropastorale 2018/2019, montre qu’il y a environ trois (03) millions de personnes qui sont sous stress alimentaire, 600.000 en situation d’insécurité alimentaire sévère et plus de 24.000 en phase d’urgence. « C’est pour faire face à cette situation que ce plan, d’un cout globale 27.814.752.589 FCFA a été élaboré par le dispositif national de sécurité alimentaire pour soutenir les personnes vulnérables », a déclaré monsieur le ministre, Salifou Ouédraogo et de  préciser que la mobilisation des ressources se fera à travers le budget de l’Etat et la contribution des partenaires techniques et financiers. Il profite de l’occasion pour saluer lesdits partenaires, au nom du gouvernement.

Le plan de réponse de l’année 2019 permettra d’apporter une assistance dans divers domaines tels que, celui de l’assistance alimentaire, de la protection des moyens d’existence, de l’assistance nutritionnelle. Par ailleurs, « la mise en œuvre et le suivi-évaluation du PRSPV sont placés sous la supervision du Secrétariat exécutif du conseil national de sécurité alimentaire (SE-CNSA). La coordination des opérations sera assurée par une cellule composée de l’Etat, des partenaires techniques et financiers et des acteurs non étatiques », a-t-il confié.

Soyez le premier à commenter sur "Insécurité alimentaire au Burkina : un budget de plus de 27 milliards FCFA pour y remédier"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

sept − 3 =