Politique : Le gouvernement a un mois pour engranger des résultats concrets, prévient l’Opposition

 

L’opposition politique burkinabè était en face de la presse dans la matinée de ce mardi 09 novembre 2021 à Ouagadougou. A l’ordre du jour, entre autres, la situation sécuritaire qu’elle juge préoccupante, était au menu des échanges.

« Le Burkina Faso n’a jamais été aussi malade que sous le régime du président, Roch Marc Christian Kaboré », c’est par cette phrase que Eddie Komboigo a débuté la conférence de presse, après le chant de l’hymne national et l’observation d’une minute de silence en mémoire des victimes du terrorisme.

Pour le chef de file de l’Opposition politique, Eddie Komboigo, le Chef de l’Etat a trahi son serment de 2015 car il a promis à son accession à la magistrature suprême, qu’il défendrait l’intégralité du territoire national. Chose qui n’est pas le cas sept ans après parce qu’aujourd’hui, « le régime a perdu le contrôle de presque deux tiers de cette superficie. » Le bilan sur les déplacés, la situation de l’armée, les drames à répétition, sont simplement effroyables, selon le CFOP. C’est pourquoi elle a exigé lors de cette conférence, un certain nombre de choses à l’endroit du gouvernement comme la prise de mesures urgentes, adéquates et vérifiables contre la vie chère; la réouverture des frontières… « Si dans un délai d’un mois, rien de sérieux et de concret n’est entrepris pour maîtriser la situation sécuritaire, l’Opposition politique en concertation avec des organisations soucieuses de l’avenir de la Nation, appellera à des manifestations fortes pour exiger purement et simplement la démission immédiate du Chef de l’Etat et de son gouvernement », a martelé le chef de file des partis de l’opposition, Eddie Komboigo, et d’ajouter que rien n’entamera leur détermination car c’est une question qui engage l’avenir de la Nation et celui de leurs enfants.

Cette conférence a été l’occasion pour le CFOP de souhaiter que les accords qui lient le Burkina Faso à ses partenaires, soient connus de tous. Eddie Komboigo a surtout insisté sur le cas des partenariats militaires qu’il estime « louches« . Il pense que les clauses des partenariats doivent être connues par les Burkinabè. Quoi de plus normal que le CFOP exige cela ? Les Burkinabè doivent savoir les types de partenariats que le gouvernement signe avec ses alliés.

Soyez le premier à commenter sur "Politique : Le gouvernement a un mois pour engranger des résultats concrets, prévient l’Opposition"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

17 − seize =