Vie chère au Burkina : le syndicat des commerçants et transporteurs brise le silence

 

Le Syndicat national des commerçants et transporteurs contre l’implantation de la vie chère au Burkina (SYNACTIV-BF), a tenu une conférence de presse dans la matinée de ce jeudi 16 septembre 2021 à Ouagadougou. Face aux Hommes de médias, il était question d’échanger sur la vie chère au Burkina Faso.

Lors de cette rencontre ce jeudi matin, un mot d’ordre a été lancé à l’endroit de tous les commerçants et transporteurs du Burkina Faso. En effet, les transporteurs ne vont plus transiter leurs marchandises du port de Lomé jusqu’à nouvelle ordre. « Nous demandons aux commerçants et transporteurs burkinabè à ne plus transiter leurs marchandises du port de Lomé », a lancé Lassané Dipama, Secrétaire général du Syndicat national des commerçants et transporteurs contre l’implantation de la vie chère au Burkina Faso (SYNACTIV-BF).

Ce mot d’ordre a été lancé parce que Lomé a exécuté immédiatement la demande du ministre burkinabè des transports qui s’est « personnellement déporté à Lomé et à Accra pour se plaindre auprès de ces pays du fait qu’ils autorisent les camions burkinabè de plus de 4 essieux à charger des marchandises ». Se sentant humilier par le ministre burkinabè des transports, les autorités togolaises en charge des transports ont instruit la mise en fourrière de plus d’une centaine de camions burkinabè, certains déjà chargés de marchandises et d’autres vides. Selon les conférenciers du jour, il a fallu s’acquitter d’une amende de 500 000 FCFA par camion pour quitter le territoire togolais.

Il faut noter que le souci majeur pour ces commerçants et transporteurs, est que la nouvelle donne dans le transport des marchandises leur est imposée par l’Europe qui s’est débarrassée de ses anciens conteneurs de 40 pieds pour servir à l’Afrique des conteneurs de 45 pieds « dans le but d’augmenter leurs profits » . « Cette nouvelle configuration de conteneurs implique la modification des plateaux de nos camions pour supporter la longueur et la largeur des nouveaux conteneurs sans laquelle nos camions présenteront des déséquilibres pouvant occasionner des accidents et même esquinter les conducteurs » , a soutenu le secrétaire général. Pourtant, selon lui, les autres pays à savoir, le Ghana, la Côte d’ivoire, le Togo et le Mali se sont conformés à tous les niveaux pour éviter une probable cherté de vie dans leurs pays, mais le Burkina Faso semble le seul à trainer les pas.

Un autre problème soulevé lors de cette rencontre est celui de la firme Afrique Pesage qui ne semble pas favoriser les transporteurs. « Toujours dans les agissements néfastes du ministre des transports à l’égard des transporteurs, il faut noter que par principe, la firme Afrique Pesage à opter pour le pesage à Essieu » . Des faits constatés par les transporteurs au poste de pesage de Tanghin Dassouri mais sur ordre du Directeur général de l’Office National de la Sécurité Routière (ONASER) avalisé par le ministre des transports, instruction a été donnée à la firme Afrique Pesage à procéder dorénavant un « Pesage à Tandem ».

Face à cette situation, le SYNACTIV-BF exige une bascule uniforme entre celle de la chambre de commerce burkinabè et celle de la firme étrangère « Afrique Pesage » . « En Chine de l’usine au port, nos marchandises sont transportées par un seul camion transportant quatre (04) conteneurs de 45 pieds, d’une ville à une autre. Nous disons NON, car notre silence serait d’une complicité avérée de l’Implantation d’une vie chère au Burkina Faso » , a conclu monsieur Dipama.

En rappel, le SYNACTIV-BF est implanté dans les 13 régions et 45 provinces du Burkina Faso pour avoir un œil regardant sur toute velléité à contraindre le peuple burkinabè à la famine orchestrée. A ce jour, il compte l’adhésion de plus de 5000 membres.

 

 

 

 

 

 

Soyez le premier à commenter sur "Vie chère au Burkina : le syndicat des commerçants et transporteurs brise le silence"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

dix-sept + 19 =