Lutte contre la cybercriminalité : un cyber escroc mis aux arrêts par la BCLCC.

 

Une télévision de marque SAMSUNG Smart 55 pouces, un vélomoteur de marque HONDA, une arme à feu de calibre 7,65 mm, un (01) ordinateur de marque HP PROBOOK, deux (02) clés USB , un disque dur DM HD001, trois (03) téléphones portables dont deux de marque SAMSUNG et un de marque IPhone 11 Pro, deux (02) cartes nationales d’identité burkinabé, Cinq (05) cartes bancaires, Cinq (05) chèques de banque, une carte de carburant TOTAL, la somme de six millions six cent seize mille (6 616 000) francs CFA et cent soixante (160) euros, tel est le butin saisi par la Brigade Centrale de Lutte Contre la cybercriminalité des mains de ce cyber escroc.

Son interpellation fait suite à des multiples plaintes des victimes enregistrées à travers la division des enquêtes. C’est ainsi qu’avec la collaboration des mêmes victimes, cet présumé cyber escrocs de 31 ans a été mis aux arrêts.

Il s’était spécialisé dans l’escroquerie via les moyens de communications électroniques et particulièrement l’arnaque portant sur la vente des monnaies numérique, l’usurpation d’identité, le faux monnayage et le blanchiment de capitaux.

Sur son mode opératoire, le cyber escroc évoluait dans la vente de crypto monnaies. En effet, il faisait des propositions de vente ou d’investissement dans les crypto- monnaies aux internautes sur les réseaux sociaux. Lorsqu’un internaute s’intéresse à ses offres, il fait d’abord preuve d’une grande amabilité afin d’instaurer un climat de confiance. Ensuite il insiste sur l’essor récent que connaissent les crypto monnaies et fait miroiter une monnaie aux rendements très attractifs. Une fois l’internaute emballé, celui-ci lance une commande ou décide d’investir. Le paiement s’effectue toujours, par transfert d’argent. Une fois l’argent reçu, le présumé cyber escroc retire ou transfert l’argent dans un autre compte tout en bloquant l’internaute sur tous ses numéros.

L’escroquerie se confirme lorsque l’interlocuteur est dans l’impossibilité de récupérer ni ses fonds ni sa cryptomonnaie.

Le préjudice actuel causé par ce cyber escroc s’élève à plus de dix millions (10.000.000) de francs CFA.

La BCLCC remercie et salue la collaboration de la population qui a permis d’atteindre ce résultat. Elle invite par ailleurs la population à faire preuve de vigilance.

#BCLCC

#Cybercriminalité

𝐕𝐨𝐭𝐫𝐞 𝐬𝐞́𝐜𝐮𝐫𝐢𝐭𝐞́ 𝐧𝐮𝐦𝐞́𝐫𝐢𝐪𝐮𝐞, 𝐧𝐨𝐭𝐫𝐞 𝐦𝐢𝐬𝐬𝐢𝐨𝐧 !!!

 

Soyez le premier à commenter sur "Lutte contre la cybercriminalité : un cyber escroc mis aux arrêts par la BCLCC."

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

11 − 4 =