« Combler l’écart »: un projet pour soutenir les personnes handicapées

 

Se tient à Ouagadougou, un atelier sur l’accès à la santé certification du handicap, organisé par le projet « combler l’écart II ». Il s’agit de tenir des rencontres techniques sur la certification du handicap, les 21, 22 et 23 novembre 2019. L’objectif de cet atelier est de soulever les problèmes rencontrés par les personnes handicapées du fait de leur handicap, afin de mieux soutenir leurs besoins pour leur inclusion sociale.

En 2011, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estimait à 2 millions le nombre de personnes handicapées. Pourtant, ces personnes connaissent des problèmes dans les domaines de l’éducation, de la formation professionnelle, de l’emploi et surtout de la santé. C’est ce qui justifie la pertinence de la tenue de cet atelier ce jeudi 21 novembre 2019 dont l’objet principal est de répondre aux exigences de renforcement des connaissances sur les différents systèmes d’évaluation du handicap, de la part des acteurs nationaux et internationaux opérant au Burkina Faso. Il s’agit lors de cet atelier, de permettre des échanges sur les politiques et services inclusifs pour l’égalité des droits des personnes handicapées.

Les personnes handicapées (HP) rencontrent des difficultés dans la vie tant sociale que professionnelle. Selon le représentant des personnes handicapées (PH) Issa Palenfo, par ailleurs président de la fédération burkinabè des associations pour la promotion des personnes handicapées (FEBAH), les problèmes rencontrés par les PH divergent. « Tout se résume à l’accessibilité » a-t-il confié. Il y a, poursuit-il, l’accessibilité environnementale et aussi financière. La santé a un coût et ce coût n’est pas accessible par les PH. D’après son propos, il y a le problème de communication entre les services, surtout de santé, et les PH notamment les sourds muets.

« Le projet combler l’écart II, est une initiative de l’Union Européenne mise en place par les acteurs des Etats membres en collaboration avec les acteurs de l’inclusion des personnes handicapées. On  travaille dans cinq pays pour l’inclusion socio-économique des personnes handicapées », a laissé entendre le directeur du projet Fréderico Martire et d’ajouter: « dans le cas du Burkina, nous travaillons dans l’inclusion, dans l’accès universel aux services de santé. (…), nous travaillons afin que les politiques publiques du Burkina soient de plus en plus inclusives des personnes handicapées au niveau de leur accès à la santé. » Pour aborder la thématique, il faudra d’abord comprendre, selon lui. Et c’est l’un des objectifs du présent atelier. Les attentes à l’issue de cette rencontre sont énormes et se situent au niveau de la présentation du modèle de certification du handicap, qui est une condition préalable pour que les prestations sociales et de santé, soient délivrées aux personnes handicapées en condition d’égalité des autres.

Pour parvenir à lever la barre de la problématique de l’accès à la santé, selon le représentant du ministère de la santé, Babou Bazié, « il est nécessaire d’outiller les acteurs nationaux et internationaux sur l’accès à la santé et l’évaluation du handicap. »  A en croire Dominico Bruzzone, la coopération italienne avec le projet « combler l’écart II » vise la protection puis l’inclusion sociales et monétaires des personnes qui vivent avec un handicap. Cette coopération « manifeste une fois de plus son attachement au Burkina Faso, aux politiques sociales. » Pour sa part, c’est une occasion pour les deux pays de se rapprocher. On espère, conclut-il, intégrer dans notre agenda, des développements en visant des projets d’intérêts mutuels et des opportunités de lien, même sur le plan culturel.

Soyez le premier à commenter sur "« Combler l’écart »: un projet pour soutenir les personnes handicapées"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

4 × 1 =