Gouvernement Dabiré I : « C’est une chasse aux sorcières » dixit Eddie Komboïgo président du CDP

Après le dévoilement des membres du gouvernement du premier ministre Christophe Dabiré, le CFOP à travers son représentant, Eddie Komboïgo, président du CDP, représentant le chef de fil de l’opposition, a au nom du CFOP donner une lecture générale de l’équipe gouvernementale dans la soirée du jeudi 24 janvier 2019.

L’équipe du gouvernement de Dabiré I a été dévoilé pour Eddie Komboïgo, représentant le chef de fil de l’opposition « Il y a quelques changements. Nous ne pouvons dire que le gouvernement est resté intact, il n’y a pas beaucoup de changement » constate-il savoir. Concernant le choix porté sur les membres de l’équipage, il confie « Nous leur avons demandé, de changer un gouvernement qui réponde aux attentes des populations. C’est-à-dire un gouvernement ou le quota genre sera pris en compte, un gouvernement ou l’on mettra les hommes qu’il faut à la place qu’il faut, un gouvernement d’action qui puisse arrêter les guerres que nous subissons aujourd’hui à dans nos frontières » puis d’ajouter « Nous constatons plutôt que c’est une chasse aux sorcières. Je crois qu’il faut respecter la mémoire de Salif Diallo. Nous avons constaté que ces hommes ont été chassés du gouvernement. ». Le choix de travailler avec ces membres revient au Président du Faso. C’est ainsi qu’il affirme « Nous pouvons peut-être à tort ou à raison conclure que le président Roch s’affirme c’est son gouvernement à lui. Nous pensons plutôt à un gouvernement d’union mais nous n’avons pas été consulté, il n’y a pas eu de concertation avec le chef de fil de l’opposition, ni les partis d’opposition » rétorque-t-il. « A regarder la configuration du gouvernement nous ne voyons pas de changement significatif qui présage un changement de gouvernance au Burkina Faso. Mais nous les jugerons sur le fond, sur le terrain. » fait-il savoir

Quant au choix du Président Kaboré porté sur le premier ministre qu’il était membre du CDP, Eddie K Komboïgo tient a rassuré « Le premier ministre, je le connais personnellement pour avoir été un excellent ministre du président Blaise Compaoré qui a géré la santé et l’enseignant supérieur. Nous constatons qu’aujourd’hui le premier ministre est à la retraite. Il était militant du CDP parce qu’il s’est éloigné des colonnes du CDP. Depuis 2015 que nous tenons nos réunions, nous le l’avons jamais vu au siège du CDP. C’est vrai que s’il est parti, il n’est pas parti d’une manière « règlementaire » parce que nous n’avons pas reçu une lettre de lui constatant sa démission. S’il est nommé sous le sein du CDP je pense que la première des choses c’est de saisir la direction du CDP, nous n’avons pas été saisi. Il est parti en tant que Christophe Dabiré. » explique-t-il. L’opposition n’a pas manqué de réitérer son accompagnement au gouvernement de Dabiré « Pour nous parti d’opposition s’il y a un apport qu’il faut pour que ce gouvernement réussisse, afin que les armes se taisent, afin que l’économie soit relancée, nous sommes toujours ouverts, nous ne sommes pas prêts pour aller à la compromission » déclare-t-il.

Quant au choix de ministre de la sécurité et de la défense, le président du CDP, ne manquera d’apporter sa lecture « Au niveau de la sécurité, un ancien gendarme à la retraite a été appelé à la rescousse, on peut dire qu’il y a encore du reste en ce qui concerne sa spécialisation dans la sécurité. Pour la défense Shérif Sy est un ancien journaliste. Je ne peux que prier Dieu pour qu’il lui donne le courage afin qu’il puisse s’entourer de spécialistes afin qu’il puisse gouverner et diriger ce département, ce ministère. » fait-il savoir. « Quand des armes crépitent au niveau des frontières, il faut trouver des gens spécialisés » renchérit-il. Toutefois, une inquiétude se fait sentir sur le choix de Chérif Sy « Nous ne pouvons pas dire que nous sommes satisfaits quand on sait qu’il a été à la base de l’exclusion par une loi que tout le monde regrette aujourd’hui. On se dit réellement est ce que ce gouvernement ira à la réconciliation. S’il n’y a pas de réconciliation, il aura du mal à gouverner ce pays » conclut-il

Soyez le premier à commenter sur "Gouvernement Dabiré I : « C’est une chasse aux sorcières » dixit Eddie Komboïgo président du CDP"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

16 − 7 =