HCRUN : les avancées enregistrées et les phases opérationnelles en cours

Les responsables du Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN) ont tenu mardi, une conférence de presse à Ouagadougou. Face aux Hommes de Médias, il a été question d’élaborer les avancées enregistrées depuis la dernière conférence de presse et de présenter les phases opérationnelles en cours.

Le président du Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN) a animé une deuxième rencontre avec la presse ce mardi 30 avril 2019 à Ouagadougou pour échanger sur les avancées que cette structure a enregistrées, les difficultés rencontrées, les voies suggérées et présenter les phases opérationnelles en cours.

Le HCRUN est saisi d’un nombre important de dossiers dont le traitement intégral, devrait contribuer à soutenir le processus de la réconciliation et de l’unité nationale, parce qu’il s’agit de questions touchant au cœur de l’Homme et laissées en suspens, parfois depuis trop longtemps. “Il n’est pas nécessaire de répéter que pour être complet, ce travail respectueux du triptyque Vérité-Justice-Réconciliation doit être patient” , a laissé entendre Bazomboué Léandre Bassolé, président du HCRUN.

A l’entendre, les conseillers de cette structure font preuve d’humilité, de discernement et de patience pour répondre à la délicatesse de la plupart des dossiers. “Il est utile que chacun comprenne qu’il faut se hâter avec lenteur pour avancer plus sûrement” , a-t-il soutenu tout en expliquant que le rapport qui vient d’être remis au Chef de l’Etat, le 05 avril dernier, fait largement mention des tournées régionales si nécessaires pour une telle sensibilisation des populations (09 des 13 régions ont été couvertes).

Selon monsieur Bassolé, le HCRUN s’est efforcé d’outiller ses conseillers à travers des formations internes mais également au moyen de voyages d’études effectués dans des pays tels que la Tunisie et le Rwanda, pour davantage de diligence et d’efficacité dans les procédures et le traitement des dossiers. Il a souligné que ces pays ont expérimenté l’outil privilégié qu’est la Justice Transitionnelle. A l’en croire, il y a une différence entre la Justice classique et celle transitionnelle.

La justice classique, elle juge, elle condamne et le dossier est classé. Dans le cas de la justice transitionnelle, ce qui nous séduit en cette vision, c’est qu’elle permet de réparer” , déclare le président tout en expliquant que quand on arrive à convaincre les offenseurs de venir reconnaître leur faute, cela pourrait aboutir au pardon des victime.

Concernant les phases opérationnelles en cours, le HCRUN a en projet, un voyage d’études au Maroc en plus des séminaires qui sont envisagés au profit des entités telles que les partis politiques, les collectivités territoriales, les autorités coutumières et religieuses, les syndicats, les femmes et les jeunes. Pour monsieur Bassolé, “chacun doit comprendre que nous ne pouvons pas nous complaire dans la désunion. La réconciliation n’est plus un choix, ni une recette entre autres, elle doit s’imposer comme une priorité si nous voulons, ensemble, faire face à l’adversité” .

Tout en saluant l’engagement de l’Etat dont la volonté politique accompagne le HCRUN, le président a précisé que l’indépendance financière et opérationnelle de l’institution reste un défi majeur. Une institution qui, contrairement aux autres commissions Vérité-Justice-Réconciliation, cumule les deux rôles que sont le traitement des dossiers et les réparations. Malgré tout, certains dossiers connaissent une étude avancée en l’occurrence, des dossiers du Syndicat autonome du ministère des Affaires étrangères (SAMAE); de l’Association nationale des travailleurs déflatés (ANTD); issus des privatisations liées au Plan d’ajustement structurel (PAS); des décisions de justice; du foncier; des blessés de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014; du coup d’Etat manqué du 16 septembre 2015 et bien d’autres.

Il faut noter que certains dossiers individuels ont trouvé leur aboutissement. C’est le cas des 156 dossiers des femmes de Legmalogo, à Bobo-Dioulasso, dossiers désormais clos.

 

Soyez le premier à commenter sur "HCRUN : les avancées enregistrées et les phases opérationnelles en cours"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

10 − 7 =