Impact de la Covid19 sur les populations rurales : le ROPSA-B interpelle le gouvernement

 

Le Réseau des organisations paysannes pour une synergie d’actions au Burkina (ROPSA-B) a tenu une conférence de presse ce mardi 08 septembre 2020 à Ouagadougou. L’objectif de cette rencontre avec les Hommes de médias a été d’interpeller le gouvernement burkinabè sur la nécessité et l’urgence des mesures de renforcement et de résilience des populations rurales vulnérables, victimes des mesures préventives de la Covid19.

En vue non seulement de freiner la propagation de la maladie à coronavirus, mais aussi d’atténuer son impact sur les populations et la vie économique au Burkina Faso, le gouvernement a pris un certain nombre de mesures. Si aujourd’hui ces mesures permettent de limiter la propagation de cette maladie, elles ont sans aucun doute, selon les conférenciers du jour, engendré une perturbation du marché des produits agricoles.

Selon Jules Zongo, président du ROPSA-B, « les conséquences immédiates qui en découlent sont, par exemple, l’inaccessibilité des produits alimentaires, la fluctuation des prix des produits agricoles, les pertes de revenus pour les producteurs » . A cet effet, le ROPSA-B interpelle le gouvernement sur la gravité des conséquences de la crise sur les populations rurales vulnérables.

Selon le président de ce réseau, les pays du Sahel déjà en crise sécuritaire comme le Burkina Faso seront les plus durement touchés. « L’évaluation de l’impact de la pandémie du Covid19 sur l’agriculture et la sécurité alimentaire et nutritionnelle réalisée par le ministère de l’agriculture et des aménagements hydroagricoles (MAAH) durant la période de juin à août 2020, révèle qu’environ 3 280 800 personnes sont en insécurité alimentaire et ont besoin d’une assistance humanitaire immédiate » , a fait savoir monsieur Zongo.

A l’entendre, les mesures prises par le gouvernement ont eu pour conséquences, entre autres, des pertes énormes de productions agricoles et de revenus pour cause de méventes d’une part, et d’autre part, une spéculation forte sur certaines denrées. « En effet, certains produits agricoles (denrées alimentaires, comme le mil, le niébé, le riz), que les producteurs ont été contraints d’écouler à vil prix, eu égard à la situation difficile, seront revendus par les spéculateurs à des prix exorbitants sur le marché, les rendant ainsi inaccessibles aux populations » , a-t-il expliqué.

Par ailleurs, des données collectées sur le terrain grâce à un dispositif mis en place par le ROPSA, laissent percevoir l’ampleur des pertes dans divers secteurs. En effet, les producteurs ont perdu 18 900 000 000 FCFA sur la vente de la noix brute de cajou.

Dans l’immédiat, le ROPSA-B, a exhorté le gouvernement à réaliser une enquête sur l’opération de « distribution des intrants agricoles » de cette année; opérationnaliser le fonds de lissage destiné aux producteurs d’anacarde; responsabiliser la chambre nationale d’agriculture (CNA), les chambres régionales d’agriculture (CRA) et les organisations professionnelles agricoles dans l’opération de « distribution d’intrants » depuis l’identification des bénéficiaires jusqu’à la disponibilisation de ces intrants auprès des producteurs conformément aux missions de la CNA, des CRA et à l’esprit de l’Acte uniforme OHADA sur les sociétés coopératives; appuyer la CNA et les CRA en ressources humaines et financières nécessaires pour rendre effectif le décret relatif à l’enregistrement des exploitations agricoles.

Dans le moyen et le long terme, il a exhorté le gouvernement à rendre opérationnelle la centrale d’achat des intrants et matériels agricoles, en vue de permettre à un nombre important de producteurs de pouvoir acquérir les intrants subventionnés; mettre en place des mécanismes de financements adaptés à la spécificité de chaque filière pour relancer les activités agro-sylvo-pastorales; réduire les taux d’intérêts sur les crédits agricoles; construire des magasins centralisateurs équipés (capacités minimales de 500 tonnes) pour le stockage des produits agricoles, et mettre en place un système de Warrantage adapté à chaque spéculation.

Soyez le premier à commenter sur "Impact de la Covid19 sur les populations rurales : le ROPSA-B interpelle le gouvernement"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

cinq + 3 =