Situation nationale : Yeli Monique Kam est fâchée


Le Mouvement pour la renaissance du Burkina (MRP) n’est plus de l’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP). En effet, après un bilan opéré par le parti qui s’est avéré “catastrophique”, la présidente a choisi de quitter le navire des partis qui soutiennent le programme du Président Roch Marc Christian Kaboré.

Yeli Monique Kam a organisé une conférence de presse dans l’après-midi de ce vendredi 21 janvier 2022. L’objectif était de faire le point sur la situation nationale et de faire cas des responsabilités qu’elle a prises en tant que présidente de parti.

La présidente du parti MRP est déçue de la gouvernance du Président Roch Kaboré. Elle, qui avait décidé de rejoindre la majorité présidentielle après les élections couplées de novembre 2020 afin de participer à la construction de la Nation, rejoint aujourd’hui toute lutte contre sa “mauvaise gouvernance”. Étant dans la majorité, elle a essayé d’attirer l’attention de ses amis de la majorité. Cependant, d’après son propos, la majorité présidentielle ne dispose pas de cadre de concertation allant dans le sens de la contribution à la gouvernance.

Selon Yeli Monique Kam, le peuple burkinabè est en danger. C’est pourquoi, elle n’admet pas de siéger encore avec ces partis qui ne font rien selon elle, pour que les choses changent. Elle rejoint les mouvements en lutte pour des revendications claires et précises.

C’est cette solution qu’il faut, pour que cesse l’insécurité grandissante, la corruption, etc, afin de sauver le Burkina Faso. « Chaque vendredi, nous allons manifester à partir de 14h devant la place de la Nation », a laissé entendre Yeli Monique Kam et d’ajouter : « Nous avons à faire à des dirigeants qui n’ont pas le niveau de responsabilité requis pour gouverner ce pays ». Les marches qui sont organisées sont légitimes pour dame Kam. « Le peuple est en train d’exercer son droit libre et légitime de réclamer et revendiquer une amélioration de la gouvernance, et la réaction du pouvoir c’est de museler le peuple», s’est-elle indignée. « Toutes les composantes de notre société sont unanimes qu’il faut un sursaut patriote...», a-t-elle lancé.

Après la conférence de presse, Yeli Monique Kam s’est dirigée vers la mairie centrale où elle a remis une demande d’autorisation de manifester.

Soyez le premier à commenter sur "Situation nationale : Yeli Monique Kam est fâchée"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

8 + treize =