Le Conseil national de l’économie informelle, soucieux des femmes des marchés et yaars

 

Les femmes des 121 marchés et yaars de la ville de Ouagadougou et celles des 06 communes ont profité d’un don de matériel offert par le Conseil national de l’économie informelle du Burkina Faso (CNEI-BF). Ce don rentre dans le cadre de la lutte contre la pandémie du coronavirus dans ce pays.

C’est un matériel d’une valeur de 11 500 000 FCFA que le CNEI-BF a offert aux femmes des marchés et yaars. La cérémonie de remise du don s’est tenue ce mardi 07 juillet 2020 au siège du CNEI-BF à Ouagadougou. Les femmes des différents marchés et yaars ont répondu présentes, et étaient en grand nombre pour rentrer en possession de leur lot.

C’est une occasion pour le CNEI-BF de rappeler à ces femmes, que le mal existe encore. Elles ont, d’après le président du conseil Salifou Nikiéma, reçu la charge de sensibiliser leurs membres en ce qui concerne le respect des mesures barrières. « On doit continuer de lutter ensemble pour que la maladie quitte notre pays. Ainsi, nous pourrons reprendre nos activités normalement comme avant, afin de booster notre économie.», a souligné le président du CNEI-BF. Aussi, le conseil promet d’étendre cette action dans les 44 autres provinces.

Une bénéficiaire du don, une femme du marché de la cité AN II nommée Zougrana Mamounata, n’a pas manqué d’exprimer ses sentiments. « Nous avons reçu des caches-nez et des t-shirts. On est content pour le geste qu’ils ont fait. », a-t-elle déclaré tout en précisant que les donateurs leur demandent de sensibiliser les autres femmes dans le cadre du respect des mesures barrières.

C’est au total 5000 caches-nez, 15 tonnes de riz et 1000 t-shirts qui constituent ce don du jour.

Par ailleurs, Salifou Nikièma et ses camarades souhaitent la réouverture des frontières. « Nous sommes d’accord pour la réouverture des frontières et nous saisissons l’occasion pour encourager les différentes autorités de ce pays dans la lutte contre cette maladie », a-t-il conclu.

Soyez le premier à commenter sur "Le Conseil national de l’économie informelle, soucieux des femmes des marchés et yaars"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

4 × un =