Situation nationale : Me Bénéwendé Stanislas Sankara demande au peuple burkinabè de ne pas se laisser divertir

 

Le Président de l’Union pour la renaissance/Mouvement patriotique sankariste (UNIR/MPS) a animé une conférence de presse dans la matinée de ce samedi 20 novembre 2021 à Ouagadougou. Face aux Hommes de médias, il était question d’échanger sur une préoccupation fondamentale et existentielle du peuple burkinabè : l’insécurité.

Face aux attaques meurtrières récurrentes qui endeuillent la nation entière, de nombreuses décisions et mesures ont été prises par le gouvernement burkinabè. Mais malgré tout, la situation sécuritaire reste très préoccupante, selon Me Sankara, et les attaques de INATA révèlent de graves dysfonctionnements dans l’armée.

« L’attaque de INATA n’est pas la plus meurtrière des attaques terroristes que notre pays ait subies, mais elle est certainement la plus honteuse, la plus humiliante et celle qui met à nu nos insuffisances en tant qu’Etat », s’est indigné Me Bénéwendé Stanislas Sankara et d’ajouter : « La douleur et la colère des dirigeants et du peuple sont grandes, mais nous ne sortirons victorieux que si nous transformions cette colère légitime en opportunité de reformes véritables de forces de défense et de sécurité, et en révolte contre l’ennemi et non contre nous-mêmes ».

Dans cette situation très délicate, l’UNIR/MPS a tenu à appeler le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré à secouer le cocotier et s’en débarrasser des bois morts pour asseoir une armée digne et professionnelle à même de garantir au peuple, la victoire qu’il attend de lui. « Le métier des armes comporte des risques, et ceux qui les fuient, quels que soient leurs grades, doivent céder la place aux plus téméraires et aux patriotes sincères ».  Mais quant à ce parti politique, il a réitéré son soutien sans faille au Chef de l’Etat dans cette lutte contre l’insécurité au pays des hommes intègres.

L’UNIR/MPS lors de cette rencontre, a exhorté le président Kaboré à entreprendre les restructurations militaire et administrative que la situation exige de lui, en tant que Chef suprême des armées et garant de l’unité nationale. A ce titre, la constitution du Burkina Faso prescrit que le « Président du Faso décrète, après délibération en conseil des ministres, l’état de siège et l’état d’urgence ». Tel a été d’ailleurs l’objet de la déclaration du parti, le 16 novembre dernier.

Le président du parti a également demandé à la classe politique et la société civile de ne pas se tromper d’ennemis. Même s’elles ont des opinions plurielles et diversifiées, selon lui, tous les acteurs par contre ont en commun les valeurs républicaines de paix, de tolérance, de démocratie et de liberté. Aux populations des villes et des campagnes, et aux Burkinabè de la diaspora, Me Sankara leur a demandé de rester à l’écoute et prêts à soutenir les FDS et les VDP, tout en restant aussi solidaires du combat que mènent assidument les autorités politiques du Burkina Faso.

 

Soyez le premier à commenter sur "Situation nationale : Me Bénéwendé Stanislas Sankara demande au peuple burkinabè de ne pas se laisser divertir"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

quatorze − 10 =