Assurance maladie universelle : Des acteurs outillés sur la protection sociale en santé

 

Ce mercredi 13 juillet, s’est ouverte à Ouagadougou, la première session de formation sur la protection sociale en santé. Durant trois jours, les participants auront les capacités renforcées en matière de protection sociale en santé.

Assurer une santé à toute la population est un défi pour l’Etat burkinabè. C’est pourquoi, une session de formation a été initiée afin d’outiller les acteurs sur la protection sociale. La question sécuritaire et sanitaire impacte la population et l’Etat se doit de relever ces défis pour offrir des soins accessibles à la population en incluant la protection financière et la sécurité des moyens d’existence. Cela a été constaté avec la gratuité des soins pour les enfants et les femmes enceintes, la gratuité des soins pour certaines pathologies mais cela doit s’étendre également à toutes les couches.

C’est pourquoi, la loi sur l’assurance maladie universelle a été adoptée et la caisse nationale d’assurance maladie universelle créée en 2018. « A partir de 2020, la CNAMU a entrepris de déployer un mécanisme de prise en charge des dépenses de santé des personnes indigentes en partenariat avec les mutuelles sociales et leurs structures d’appui », a fait savoir le secrétaire général du ministère de la fonction publique, Hamidou Sawadogo. Cela n’est toujours pas opérationnel et la crise sécuritaire et sanitaire nécessite son opérationnalisation. « Il est urgent d’opérationnaliser le RAMU et de l’articuler aux autres mécanismes existants afin d’assurer à toutes les populations et en priorité aux déplacés internes et aux éléments des forces de défense et de sécurité, des prestations de soins de santé de qualité », a-t-il renchéri.

De nombreux programmes de financements d’accès aux soins sont développés au Burkina Faso mais ils doivent plus servir à l’accès financier des populations. « Il ressort que ces programmes demeurent très souvent peu cohérents tout en s’adressant pourtant aux mêmes cibles, ce qui peut mettre en mal l’action gouvernementale et occasionner une utilisation peu rationnelle des ressources publiques », a expliqué le secrétaire général du ministère de la fonction publique. En plus de la fragmentation et du taux de couverture insuffisant pour opérationnaliser cette assurance, plusieurs défis restent à relever. La concertation et le dialogue demeurent primordiaux. « Une harmonisation des connaissances et compréhensions des principaux acteurs impliqués dans la gouvernance et la mise en œuvre de l’assurance maladie, est essentielle pour la réussite de cette politique publique », a laissé entendre monsieur Sawadogo.

Cette présente formation s’inscrit dans le projet « Bâtir des systèmes de protection sociale robustes pour couvrir les travailleurs de l’économie informelle, faciliter leur accès aux soins de santé et leur permettre de faire face aux défis de demain ». Elle est initiée par le ministère de la fonction publique en collaboration avec l’Organisation internationale du travail (OIT).

Soyez le premier à commenter sur "Assurance maladie universelle : Des acteurs outillés sur la protection sociale en santé"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

6 − 4 =