Caisse nationale d’assurance maladie universelle : Soumaïla Gamsoré désormais à la tête de la structure

 

Ce vendredi 1er juillet, s’est tenue à la  salle de conférences de la Caisse nationale d’assurance maladie universelle (CNAMU), la cérémonie de passation de charge entre le Directeur général sortant Dr Alfred Ouédraogo et le Directeur général entrant, Soumaïla Gamsoré.

Nommé en conseil des ministres le 22 juin 2022 comme Directeur général de la Caisse nationale d’assurance maladie universelle, Soumaïla Gamsoré est officiellement installé dans ses fonctions et remplace ainsi Dr Alfred Ouédraogo qui a passé huit (08) mois à la tête de l’institution.

« Je viens de prendre fonction pour assurer la mise en œuvre de la politique publique de l’Etat en matière de protection sociale qui est de travailler à réduire les barrières financières aux soins de santé », a déclaré Soumaïla Gamsonré, nouveau Directeur général de la CNAMU. Pour lui, ses chantiers de travail vont tourner autour de la cohésion sociale interne et externe et de l’opérationnalisation de l’assurance maladie. « Déjà, il faut travailler en lanterne pour assurer une meilleure cohésion, une meilleure adhésion de l’ensemble des acteurs, d’abord les parties prenantes, le dispositif institutionnel de mise en œuvre de cette politique et les acteurs clés qui sont les prestataires de soins. Il faut que l’on mette sur un chantier, la question d’une vision commune sur cette question de l’assurance maladie universelle. C’est une occasion d’assurer la mise en œuvre de cette politique », a-t-il laissé entendre puis d’ajouter : « Il faut qu’on travaille comme une famille. Il va valoir trouver une formule pour qu’on s’entende davantage, que le lieu de service soit un lieu de famille pour qu’ensemble, on puisse développer cette politique publique ». Monsieur Gamsoré compte faire de l’assurance maladie, son cheval de bataille. « Notre priorité, c’est la question de l’adoption d’un certain nombre de textes pour pouvoir opérationnaliser l’assurance maladie. Il y a déjà un travail qui a été fait avec les projets de textes qui sont disponibles notamment les questions de financements, la prestation des soins. Déjà, c’est m’atteler pour que ces textes soient adoptés et assurer la mise en œuvre de cette politique publique », a-t-il confié. C’est pourquoi, monsieur Gamsoré a pris l’engagement « de faire de la CNAMU d’ici 2026, un organisme de prévoyance sociale, de référence impulsant de meilleures approches de protection financière des populations contre les dépenses de soins de santé ».

« Nous avons pu, ensemble avec l’équipe, mettre une stratégie qui a pu converger l’UAS, le patronat et les PTF qui, pour une fois dans l’histoire de l’assurance maladie universelle, ont acté de dire que cette stratégie de la défragmentation, nous adhérons par principe et nous allons accompagner la mise en œuvre », a fait savoir Dr Alfred Ouédraogo, Directeur général de la CNAMU sorti. La politique de l’assurance maladie a été acceptée par l’UAS, l’ensemble des acteurs grâce au travail mené à travers la présentation du panier de soins, du taux d’appel à cotisation et la stratégie d’opérationnalisation. L’ensemble des acteurs ont approuvé leur accompagnement à cette politique. « Nous espérons que le nouveau DG ne va pas rester dans un piège sempiternel qui est la reprise de l’ensemble des études actuarielles, les études économiques, les études organisationnelles pour que nous passions encore davantage de temps sans opérationnaliser », a-t-il souhaité. La question de l’assurance maladie ne fait pas toujours l’unanimité. « Ça fait six ans que la loi existe, mais ça fait quinze ans que le processus a commencé. Je suis inquiet quand on dit que ça doit être opérationnel en 2026, on est en 2022 ça veut dire qu’on a encore quatre années à tergiverser. Je me pose la question, est ce que l’on veut vraiment opérationnaliser », s’est inquiété Dr Ouédraogo.

Pour lui, c’est à l’ensemble des acteurs de la société civile, des syndicats, du patronat, de travailler à l’opérationnalisation de ce processus. « Nous sommes convaincus, au regard des huit mois que nous avons passés à la tête de cette institution de manière volontariste, sans percevoir ni salaire, ni indemnité de fonction, nous avions dans notre programme d’activités, acté qu’en mars les décrets devraient être adoptés. Depuis février, les dossiers ont été transmis au cabinet du ministère de tutelle technique. Si c’est pas adopté, il faut chercher un consensus et j’espère que ce consensus interviendra avant la fin de la transition et non en 2026 ».

La cérémonie de passation de charge a été présidée par le directeur de cabinet de la fonction publique.

Soyez le premier à commenter sur "Caisse nationale d’assurance maladie universelle : Soumaïla Gamsoré désormais à la tête de la structure"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

5 × 3 =