Eaux usées et excrétas : les acteurs des médias outillés sur la problématique de l’hygiène et l’assainissement

 

Un atelier de formation/d’information des acteurs de médias sur la problématique de l’assainissement des eaux usées et excrétas au Burkina Faso, s’est ouvert dans la matinée du lundi 13 septembre 2021 à Ouagadougou. Activité organisée par le ministre de l’eau et de l’assainissement à travers sa direction générale de l’assainissement. Il s’est agi d’inciter les acteurs de médias à s’approprier les défis liés à l’accès à l’hygiène et à l’assainissement durable au Burkina Faso.

Une journée de formation à l’endroit des journalistes sur la question de l’assainissement au Burkina Faso. En effet, l’accès à l’assainissement demeure problématique dans ce pays. Ainsi, cet atelier de formation et d’information, permettra aux journalistes d’échanger avec le ministère sur les rôles et responsabilités des médias dans la promotion de l’hygiène, de s’outiller sur les notions de bases en matière d’hygiène et d’assainissement des eaux usées et excrétas.

Un bon accès à l’assainissement contribue au bien-être de la population, selon le Secrétaire général du ministère de l’eau et de l’assainissement, Alassoum Sori. A l’en croire, deux enjeux majeurs couvrent le sous secteur de l’assainissement : celui sanitaire et celui environnemental. « Le manque d’assainissement contribue à la prolifération des maladies, et 90% des eaux usées sont rejetées dans la nature. Ce qui contribue à la pollution de la biodiversité », a laissé entendre le secrétaire général. L’accès à l’assainissement est primordial pour toute Nation. C’est pourquoi, le Burkina Faso s’est engagé à assurer un assainissement durable à travers l’élaboration d’un Programme national d’assainissement des eaux usées et excrétas (PN-AEUE) dont la mise en œuvre va permettre l’atteinte des objectifs du développement durable à l’horizon 2030. L’objectif du PN-AEUE, selon le SG, est entre autres, d’éradiquer la défécation à l’air libre par le changement de comportement.

Du bilan au 31 décembre 2020, les taux d’accès à l’assainissement tant en milieu rural qu’urbain sont passés respectivement de 0,8% à 19,9% à 38,6% entre 2010 et 2020. Cet atelier permettra d’impliquer tous les acteurs à même d’apporter leur contribution dans l’amélioration de ce sous-secteur.

lire aussi

Burkina Faso : Plus de 70% des malades sont victimes du manque d’hygiène et d’assainissement

Soyez le premier à commenter sur "Eaux usées et excrétas : les acteurs des médias outillés sur la problématique de l’hygiène et l’assainissement"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

7 + 13 =