Système d’Echanges d’Energie Electrique Ouest Africain (EEEOA/WAPP) : rencontre des partenaires techniques et financiers

 

L’ouverture des travaux de la 16e session de l’Assemblée générale du Système d’Echanges d’Energie Electrique Ouest Africain (EEEOA) s’est tenue dans la matinée de ce jeudi 04 novembre 2021 à Ouagadougou. A cette occasion, les partenaires techniques et financiers réunis, vont faire le point sur l’avancement des projets en cours et présenter les besoins en financement dont l’EEEOA a besoin pour mener à bien sa mission.

Sous le thème : « Opérationnaliser le marché de l’énergie électrique dans un environnement de défis » , cette 16e session de l’Assemblée générale a réuni l’ensemble des institutions financières qui soutiennent l’EEEOA dans la mise en œuvre de ses projets prioritaires. La cérémonie d’ouverture s’est tenue sous le patronage du ministre de l’Energie, des mines et des carrières, Dr Bachir Ismaël Ouédraogo.

Le Directeur Général de la SONABEL Baba Ahmed COULIBALY, après avoir souhaité la bienvenue aux différents participants, a tenu à rappeler les principales missions de l’EEEOA qui sont entre autres, de promouvoir et développer les infrastructures de production et de transport d’énergie électrique, tout en mettant en place le Marché sous régional de l’électricité entre les Etats membres de la CEDEAO. « A cet égard, notre organisation porte sur ses épaules, l’espoir à un avenir meilleur que nourrissent les plus de 300 millions de femmes et d’hommes qui habitent l’espace CEDEAO dont plus de 65% sont jeunes. Ces millions de jeunes résilients de notre espace communautaire, partagent les mêmes préoccupations et réalités notamment le chômage auquel ils sont confrontés. Heureusement, cette jeunesse héroïque a opté, pour la plupart, de se lancer dans l’auto-entreprenariat » , a-t-il déclaré.

Pour lui, le dilemme auquel ils doivent faire face est la limite des ressources et la demande allant crescendo. « C’est pourquoi, Mesdames et Messieurs les Partenaires Techniques et Financiers, votre accompagnement est précieux pour la réalisation de projets communautaires visant à promouvoir et à développer des infrastructures de production et de transport d’énergie électrique au profit de notre espace communautaire » , a-t-il soutenu.

Le secrétaire général de l’EEEOA, Apollinaire Siengui Ki a affirmé sans risque de se tromper que les relations entre l’EEEOA/WAPP et ses partenaires techniques et financiers sont dans leur phase de maturité. « Nous partageons plus que jamais, la même vision ; celle de faire de l’intégration des réseaux électriques nationaux de notre sous-région, la voie privilégiée conduisant à un marché régional où l’électricité est vendue et achetée à des coûts compétitifs » , a-t-il fait savoir.

Il a précisé que grâce à ce soutien et malgré la pandémie à Covid19 qui frappe le monde entier depuis bientôt deux ans, les douze derniers mois ont enregistré des avancées importantes pour son institution qui leur permettent d’envisager le lancement de la phase 2 du marché régional de l’énergie électrique de la CEDEAO pour 2023, après la réalisation de l’interconnexion des pays continentaux en 2022. « Mais les avancées réalisées ne doivent pas nous faire oublier que nous devons continuer à fournir beaucoup d’efforts, à redoubler d’efforts pour surmonter les défis qui ne manquent pas sur le chemin de la réalisation du marché régional compétitif de l’électricité » , a-t-il soutenu.

Quant au Commissaire chargé de l’énergie et des mines de la CEDEAO, SEDIKO Douka, il a annoncé qu’au vu des réalisations notées depuis la dernière rencontre, l’interconnexion électrique de l’ensemble des Etats continentaux de la CEDEAO sera une réalité en 2022. « Et ce sera à l’honneur de vous tous qui travaillent sans relâche pour ce but » , s’est-il adressé aux participants et d’ajouter : « Pour cette année, nous vous soumettons une requête de près de 03 milliards USD constituant nos besoins en termes de préparation des projets, en terme de financement des infrastructures physiques et en terme de renforcement de capacité » .

Le Ministre délégué auprès du ministre de l’Economie, des finances et du développement, chargé du budget, Edith Clémence Yaka a déclaré que l’EEEOA a été créé en 1999 lors du 22e sommet de la Conférence des chefs d’Etats et de gouvernement pour répondre efficacement à l’insuffisance de l’offre d’électricité dans la sous région ouest africaine. A l’entendre, la plupart des sociétés d’électricité membres du Système d’Echanges d’Energie Ouest Africain partagent les mêmes difficultés, les mêmes handicaps. Alors, la rencontre de ce jour est « une occasion pour faire le point de la coopération entre le secteur énergétique et les bailleurs de fonds à travers certains projets qui sont les fruits de cette collaboration. C’est aussi une occasion pour faire le diagnostic des forces et des faiblesses de cette coopération et surtout mettre sur la table de discussion, les nouveaux projets en quête de financement » , a-t-elle indiqué.

Le ministre de l’énergie, des mines et des carrières, Dr Bachir Ismaël Ouédraogo, par ailleurs patron de la cérémonie a indiqué que cette rencontre qui réunit l’ensemble des sociétés d’électricité de la CEDEAO « a pour objectif de réfléchir sur comment travailler à mutualiser les forces et à mettre en place ce commerce d’import-export de l’électricité » . Il s’agit également, selon lui, de voir comment financer tous ces investissements.  « Cette rencontre va permettre d’échanger, de mettre des mécanismes mais aussi d’aller vite parce qu’en ce 21e siècle, l’accès à l’électricité est devenu primordial que ce soit pour le développement de notre économie, la création d’emploi ou la création de nos industries. Sans cela, nous allons toujours avoir des difficultés » , a-t-il laissé entendre, tout en remerciant les uns et les autres pour leurs différentes contributions.

En rappel, la mission de l’EEEOA est de promouvoir des infrastructures de production et de transport d’énergie électrique ainsi qu’assurer la coordination des échanges d’énergie électrique entre les Etats membres de la CEDEAO. Depuis 2006, son siège est basé à Cotonou suite à la signature d’un accord de siège avec l’Etat béninois.

 

Soyez le premier à commenter sur "Système d’Echanges d’Energie Electrique Ouest Africain (EEEOA/WAPP) : rencontre des partenaires techniques et financiers"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

quatre × 1 =