Atelier de la confédération syndicale burkinabè : Un programme quinquennal pour promouvoir le travail décent

 

Ce lundi 1er août 2022, s’est tenue à la bourse du travail, l’ouverture de l’atelier de lancement du programme CSB/CGSLB pour une durée de cinq (05) ans. Ce programme est une initiative du syndicat réformiste d’obédience social-démocrate appuyée par la Centrale générale des syndicats libres de Belgique-Mouvement de la solidarité internationale (CGSLB).

Tout travailleur doit avoir un travail décent mais au Burkina Faso, ceci n’est toujours pas une réalité en ce qui concerne certains travailleurs. C’est pourquoi, le syndicat réformiste d’obédience social-démocrate s’est assigné l’objectif de promouvoir le travail décent au Burkina Faso à travers la mise en place du programme intitulé : « Améliorer le dialogue social en tant que droit et instrument de gouvernance pour tous les travailleuses et travailleurs précaires de l’économie formelle et informelle, en contribution à une transition juste de l’économie informelle vers l’économie formelle, en prêtant à l’égalité du genre et de l’âge, et à l’environnement ».

Pour Olivier Guy Ouédraogo, secrétaire général de la confédération syndicale burkinabè (CSB), « c’est un atelier de lancement d’un programme qui va durer cinq (05) ans en collaboration avec la centrale générale des syndicats libres de Belgique à travers son organisme de solidarité qu’est le mouvement de solidarité internationale et la direction générale du développement de la Belgique. C’est un programme qui vise la promotion du travail décent surtout pour les couches les plus défavorisées du travail au Burkina Faso à savoir, les travailleurs précaires dans l’économie formelle et bien-sûr les travailleurs de l’économie informelle où à ce niveau, nous avons un déficit très criard en matière de travail décent », a-t-il expliqué.

Durant deux jours, les participants à ce présent atelier et principaux animateurs du programme vont acquérir des connaissances sur la présentation du programme, le travail à mener dans ce programme, l’objectif réel du programme, les outils qui seront utilisés et surtout les objectifs visés.

Au Burkina Faso, beaucoup de travailleurs sont dans la précarité et pour lutter contre cette précarité, « il faudrait que nos acteurs qui sont sur le terrain connaissent effectivement les enjeux. Qui dit travail décent parle de ces quatre (04) piliers à savoir la création d’emploi, le droit des travailleurs, la protection sociale et le dialogue sociale. Il faudrait effectivement que nos animateurs puissent maitriser ces concepts », a laissé entendre monsieur Ouédraogo. C’est pourquoi des formations, des études pour déceler la réalité sur le terrain, des rapportages faits par les différents animateurs dans les régions, seront menés. Et pour le secrétaire général de la confédération syndicale burkinabè, « tous ces éléments réunis nous permettront de bâtir des plaidoyers qui seront développés à l’adresse de qui de droit pour que certaines conventions de l’OIT qui promet le travail décent, puissent effectivement voir le jour au Burkina Faso et que les recommandations à la matière aussi soient suivies afin que le travail décent soit une réalité dans notre pays ».

« À la fin du programme, on devrait s’attendre à ce que les travailleurs précaires puissent bénéficier de certains avantages qui vont les amener dans la rubrique de ceux qui bénéficient du travail décent », a-t-il souhaité. Il s’agit des travailleurs domestiques, les travailleurs du secteur privé de gardiennage pour qui des conventions collectives seront développées à leur égard. Ce programme prendra aussi en compte ceux qui sont dans le bâtiment, dans l’hôtellerie qui sont exploités car leurs conventions collectives sont devenues obsolètes. Il compte également travailler pour l’augmentation du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) au Burkina Faso.

Ce programme est triangulaire et son financement est global et annuel en fonction des éléments qui seront développés.

Soyez le premier à commenter sur "Atelier de la confédération syndicale burkinabè : Un programme quinquennal pour promouvoir le travail décent"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

15 − 12 =