Attaque du convoi de ravitaillement de Djibo : Une trentaine de chauffeurs routiers ne répond toujours pas à l’appel

 

L’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB) a tenu un point de presse dans la matinée de ce vendredi 30 septembre 2022 à Ouagadougou. Cette conférence est relative aux évènements de l’attaque du convoi humanitaire en partance pour Djibo, perpétrée par des terroristes.

Les chauffeurs routiers font partie des composantes qui paient le lourd tribut face aux actions terroristes au Burkina Faso. En effet, dans l’exercice de leur fonction, les chauffeurs routiers apportent leurs contributions à l’édifice national parfois au péril de leurs vies. Le lundi 26 septembre 2022, ils ont encore reçu un coup dur. Il s’agit de l’attaque de Gaskinde qui a causé d’énormes conséquences.

D’après le président de l’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB), Brahima Rabo, des chauffeurs manquent toujours à l’appel, cinq jours après l’attaque du convoi. Il a fait le triste rappel de l’attaque du 26 août 2022 du convoi de Boungou dans la région de l’Est où leur organisation a perdu six chauffeurs et enregistré des blessés. « Un décompte a été fait et il ressort que c’est exactement 136 camions qui ont été brulés sur 207 camions que comptait le convoi. A présent, soixante-dix camions sont stationnés à Bourzanga », a laissé entendre Brahima Rabo. L’UCRB a condamné la mauvaise organisation sécuritaire des convois humanitaires d’une part et de l’autre part, le silence des autorités de la transition sur la perte en vie humaine des chauffeurs routiers.

Selon l’UCRB, le convoi n’a pas été bien escorté. Pour un convoi long de 207 camions, le nombre de soldats devrait être plus que ce qui a été constaté. A en croire le président des chauffeurs routiers du sahel, Abdoul Aziz Zoungrana, au moment de l’attaque, le cortège a été abandonné. Selon son propos, une trentaine de chauffeurs est toujours absente et n’a donné aucun signe de vie. Les chauffeurs qui ont été blessés sont à Ouagadougou et se prennent en charge eux-même. Par ailleurs, eu égard à cette situation, il faut réagir. C’est pourquoi, l’UCRB lance un appel à tous ses militants et sympathisants à se tenir prêts et mobilisés pour tout mot d’ordre de grève qui sera lancé incessamment.

L’UCRB est affiliée à la Confédération syndicale burkinabè (CSB). A cet égard, le Secrétaire général de la CSB, Gui Olivier Ouédraogo a manifesté tout le soutien de la structure syndicale à l’Union. « C’est une grande douleur pour nous parce qu’un travailleur travaille pour gagner sa vie. Aujourd’hui, nous disons trop c’est trop. Nous sommes totalement solidaires à notre affiliée et nous resterons à ses côtés pour toutes les actions qu’elle entreprendra pour la défense de la vie de nos camarades », a conclu Gui Olivier Ouédraogo.

Soyez le premier à commenter sur "Attaque du convoi de ravitaillement de Djibo : Une trentaine de chauffeurs routiers ne répond toujours pas à l’appel"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

3 × trois =