CASEM du ministère de la fonction publique : Le programme d’activités de la transition au cœur des réflexions

 

Ce jeudi 7 juillet 2022, s’est ouverte à Ouagadougou, la première session du Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) du ministère de la fonction publique, du travail et de la protection sociale pour l’année 2022. Ce CASEM est placé sous le thème « Réformes institutionnelles et mise en œuvre de l’agenda de la transition : quelles contributions du MFPTPS ».

Le premier CASEM de l’année 2022 du Ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale vise à échanger sur le nouveau décret portant organigramme des départements ministériels. Ce CASEM est consacré à l’examen et à l’adoption du rapport d’activités annuel 2021 et du programme d’activités 2022 dudit ministère.

Pour l’année 2021, le ministère de la fonction publique, du travail et de la protection sociale a réalisé des activités comme « l’organisation transparente des concours de la fonction publique, la prise des actes de carrières, la poursuite des actions de réforme de l’administration, la poursuite de la promotion du dialogue social, la relecture du code du travail dont le projet est transmis à l’Assemblée Nationale, l’adoption des lois sur la sécurité sociale des agents publics et des travailleurs du secteur privé, l’opérationnalisation progressive de l’assurance maladie universelle, la poursuite des actions de protection sociale », a fait savoir le ministre de la fonction publique, Bassolma Bazié, tout en félicitant les différents acteurs pour ces résultats obtenus.

Pour l’année 2022, le ministère tiendra en compte le programme d’activités provisoire de la mise en œuvre conformément aux politiques sectorielles et au plan national de développement économique et social ainsi que l’agenda de la transition. Les activités que devra mener le ministère de la fonction publique sont entre autres, « la gestion efficace des ressources humaines de l’administration publique, la poursuite de la modernisation de l’organisation des concours, l’amélioration de la qualité du service public offert aux citoyens, le traitement diligent des actes de carrière, la dépolitisation de l’administration publique et promotion du mérite, la poursuite de la modernisation de l‘administration publique, le renforcement de la promotion des principes de bonne gouvernance, la dépolitisation et de la promotion de la méritocratie de l’administration publique, l’amélioration de la gouvernance du marché du travail et de la protection sociale, la systématisation du recrutement par appel à candidatures des directeurs généraux des entreprises et des établissements publics, la poursuite de l’authentification des diplômes des agents de la fonction publique, l’opérationnalisation de l’assurance maladie universelle, la promotion du dialogue sociale en milieu de travail, la meilleure application de la législation sociale dans le secteur privé, le renforcement des capacités techniques… ». Pour le ministre, l’atteinte de ces objectifs nécessite la conjugaison des efforts de chacune et chacun. « Voudrais-je vous inviter à analyser et à adopter un plan annuel de travail réaliste au regard des ressources que nous-nous devons d’utiliser de manière efficiente dans nos actions », a-t-il souhaité. Plusieurs défis ont été relevés par le ministère mais pour le ministre, « malgré ces acquis, d’importants défis demeurent pour d’une part, assoir une administration publique républicaine, moderne et performante et d’autre part, faire du travail décent, une réalité au Burkina Faso ».

« L’organisation du CASEM dans les différents départements ministériels participe de la bonne gouvernance. C’est un décret qui a été pris depuis 2005 pour organiser ces sessions du CASEM afin que les différents acteurs puissent échanger sur la mise en œuvre des actions et également se projeter dans l’avenir pour voir ce qu’il faut faire en fonction des attentes de la population », a expliqué, Soumaïla Gamsoré, DGESS du MFPTPS, sur l’importance de cette session. « On va évaluer le programme d’activités. Le projet de rapport fait un état d’exécution des activités au  31 décembre 2021 de 76,61%. Il s’agira d’analyser ce taux avec les différents acteurs pour mieux l’apprécier et le valider. Ensuite, il s’agira d’adopter le programme d’activités du ministère qui, du reste, a été élaboré également en fonction de l’orientation de la transition. Bien avant, on a élaboré le programme d’activités en tenant compte des politiques sectorielles et le plan national de développement économique et social. Avec l’agenda de la transition qui a signé de nouvelles priorités, il faut travailler à les prendre en compte dans le programme d’activités » a-t-il laissé entendre.

Des actions ont été menées par le ministère. « On a la modernisation du dispositif d’organisation des concours. Dans la mise en œuvre de l’action, on avait suspendu les concours de recrutement sur mesure nouvelle en attendant de mieux relire les textes afin d’assurer une équité dans l’admission d’accès aux emplois de la fonction publique. Au-delà de ça, on est en train de faire des travaux sur le code du travail, sa relecture en vue de son adoption, l’opérationnalisation de l’assurance maladie universelle, également des actions allant dans le sens de la gestion des carrières parce qu’on a vu qu’il y a un certain nombre de dossiers qui reste toujours en souffrance. Il s’agira d’analyser ensemble quel mécanisme pouvons-nous mettre en place pour pouvoir diligenter l’élaboration de ces actes de carrière qui, du reste, a une incidence sur les questions budgétaires dont la masse salariale et également peut avoir des implications sur les questions de conflits », a énuméré monsieur Gamsoré. « Si vous regardez le plus souvent des cas, les conflits en matière de fonction publique sont relatifs aux questions de carrière, avancement, reclassement… Au niveau du ministère, on inscrit ça comme une priorité afin d’apurer tout ce qui est passif, qui reste, afin d’asseoir une administration républicaine et transparente, et également pouvoir motiver les uns et les autres à travailler pour assurer un meilleur développement du pays », a-t-il confié.

Le ministre de la fonction publique a sollicité une participation active et soutenue afin de pouvoir relever les défis. Cette session regroupe les membres statutaires du CASEM du Ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale.

 

Soyez le premier à commenter sur "CASEM du ministère de la fonction publique : Le programme d’activités de la transition au cœur des réflexions"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

17 + dix-huit =