Dépolitisation de l’administration publique : Le ministère de la fonction publique apporte des éclaircissements

 

Ce mardi 21 mars 2023, le ministre de la fonction publique, du travail et de la protection sociale a animé une conférence de presse à Ouagadougou. Il s’est agi au cours de cette rencontre avec les hommes de médias, de donner des éclaircissements sur la loi portant renforcement de la neutralité politique et de la méritocratie dans l’administration publique.

Une étude entreprise par le gouvernement en 2015 a dévoilé qu’il existe une politisation de l’administration publique. C’est pourquoi, une loi a été proposée afin d’envisager une dépolitisation de cette administration. Il s’agit de la loi portant renforcement de la neutralité politique et de la méritocratie dans l’administration publique, votée par les députés de l’Assemblée législative de transition, le jeudi 16 mars 2023. La dépolitisation de l’administration publique a été proposée par le collège des sages dans son rapport en 1999 car sa politisation est à la base de nombreuses crises sociales.

« Le processus d’élaboration de cette loi, depuis l’avant-projet jusqu’à son adoption, a été participatif », a laissé entendre le secrétaire permanent de la modernisation et de la bonne gouvernance, Etienne Kaboré.

Cette loi est structurée en cinq titres à savoir les dispositions générales, la neutralité politique, la méritocratie, le régime des fautes et sanctions, les dispositions transitoires et finales. Ces cinq titres contiennent six (06) chapitres et trente-sept (37) articles.

Par manque d’information, certaines personnes sont contre ce projet de loi sur la dépolitisation de l’administration publique. « Contrairement aux rumeurs, le texte ne vise, ni n’exclut les politiques dans l’occupation des postes techniques, à condition qu’ils remplissent les conditions fixées », a expliqué monsieur Kaboré puis de poursuivre : « Il n’a pas vocation à empêcher un militant de parti à occuper une fonction technique dans l’administration. Il n’a aucunement vocation à traiter de ethnicisme, du régionalisme et des questions liées à la pratique de la religion dans l’espace administratif encore moins de régenter sur les ports de voile ». Certaines politiques utilisent les facteurs religieux, ethniques et régionalistes pour des finalités politiques et l’objectif est de lutter contre ces formes de manipulation en se basant sur la religion, l’ethnie ou l’appartenance régionale à des fins politiques. « Cette loi est un texte circonscrit à l’administration publique avec pour seul objectif de la rendre plus performante et productive au profit des citoyens et usagers/clients dans le cadre de la construction d’une Nation plus unie et plus prospère », a insisté monsieur Kaboré.

Par cette loi, toute nomination et promotion doivent prendre en compte les compétences des agents. Par la suite, des décrets d’applications seront pris pour préciser les conditions d’accès aux fonctions techniques. Des communications et des sensibilisations seront faites pour donner l’information juste à la population sur cette loi qui leur sera bénéfique.

Selon le ministre de la fonction publique, Bassolma Bazié, « toutes les lois qui ont été disposées, c’est pour permettre à la jeunesse d’avoir confiance, lui donner un minimum d’espoir de survivre » a-t-il fait savoir. Après cette loi, le code du travail sera relu pour améliorer les conditions de travail dans les entreprises privées. Le ministre a indiqué que la bataille sur ces lois se poursuivra. Les recrutements dans les sociétés d’Etat seront également revus. Tout recrutement se fera sur la base de la compétence. « Ce n’est que le départ, nous allons avancer », a-t-il laissé entendre.

Soyez le premier à commenter sur "Dépolitisation de l’administration publique : Le ministère de la fonction publique apporte des éclaircissements"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

11 + onze =